De grands groupes industriels demandent 50 milliards d’allègements supplémentaires

logo AFP

Le Cercle de l’Industrie, qui réunit 38 grandes entreprises industrielles française, a demandé jeudi la poursuite de l’allègement des prélèvements obligatoires sur les entreprises, en visant « une nouvelle baisse de 50 milliards d’euros sur 5 ans.

Le Cercle, qui dévoilait ses propositions pour la présidentielle, préconise de « remettre l’industrie au coeur du projet de société de la France ».

« L’industrie a décroché en France », mais elle a « les atouts » pour se développer à condition de « s’en donner les moyens », a souligné devant la presse son président, Philippe Varin.

« Une économie forte n’existe pas sans industrie forte », a affirmé le président d’Areva. L’industrie représente « 80% de la dépense de recherche et développement du pays », constitue « le moteur des exportations » et crée 3 ou 4 emplois induits pour un emploi industriel.

Sur les allègements existants, le Cercle demande qu’ils soient convertis en « réduction pérenne », avec une exonération de charges sur les 1.200 premiers euros de salaire brut, y compris sur les salaires au-dessus de 2,5 Smic, complétée par un crédit d’impôt sur les bas salaires.

Pour développer les investissements, ces industriels demandent la prolongation « pour trois ans au moins » du dispositif de suramortissement fiscal, qui se termine fin avril.

Ils préconisent également une « dynamisation du marché du travail » en « allant plus loin » que la loi travail de Myriam El Khomri.

Ils souhaitent « un nouveau contrat de travail » avec « des droits progressifs » et « incluant des causes possibles de fin de contrat », a expliqué Denis Ranque, président d’Airbus Group.

Le Cercle de l’Industrie appelle d’autre part à mettre l’accent sur l’apprentissage, « la solution la plus concrète et la plus efficace pour faire le lien entre jeunesse et industrie », a dit le PDG d’Orange, Stéphane Richard. Le rapprochement des lycées professionnels et des centres de formation des apprentis est préconisé.

Enfin, le club de réflexion affirme que « l’horizon européen est incontournable » pour les industriels, et demande « un cadre commun pour l’énergie et le numérique ».

Evoquant « les candidats qui ont des mesures extrêmement protectionnistes et un discours anti-Europe, anti-euro », M. Varin a estimé que « si on s’orientait dans cette voie, nous aurions un très sérieux problème pour l’industrie ».

Il a aussi relevé des mesures « parfois étranges », comme le fait de « dire que la France doit taxer ses robots ». « Notre préoccupation à nous industriels, est que nous avons trois fois moins de robots que l’Allemagne », a-t-il observé.

sbo/ef/phc

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous