UE: 13 pays s’entendent sur un « socle européen des droits sociaux »

logo AFP

Treize pays de l’Union européenne ont élaboré jeudi à Paris un « socle européen des droits sociaux » permettant de lutter contre le dumping social, qui propose notamment un salaire minimum et une carte étudiante européenne.

Les ministres du Travail ou des Affaires sociales de 12 pays de l’UE (Allemagne, Suède, Luxembourg, Portugal, Grèce, Autrice, République tchèque…), ont répondu à l’invitation de la France, qui organisait une conférence sociale européenne à Matignon, a expliqué le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, avant le début de la conférence.

Objectif: élaborer un « socle européen de droits sociaux », initiative lancée par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et que la France soutient. Ce socle, qui serait commun aux 27 pays de l’UE, servirait de plancher en-dessous duquel aucun État ne pourrait descendre, afin de lutter contre le dumping social au sein de l’Union.

« Cette conférence sociale est une manière de dessiner l’Europe de demain, de poser les fondements d’une Europe qui protège, là où les populismes, dans la plus grande démagogie, exposeraient les plus vulnérables à des risques considérables en s’en prenant au projet européen », a déclaré M. Cazeneuve.

Le texte commun, qui sera transmis à la Commission européenne, définit un socle autour de quatre axes : un salaire minimum européen, que la France propose de fixer à 60% du salaire médian national, une carte étudiante européenne favorisant la formation et la mobilité, l’égalité professionnelle hommes-femmes, et un renforcement de la lutte contre les fraudes au travail détaché, dans la lignée de la révision de la directive européenne de 1996 actuellement en cours.

« Nous avons la volonté de faire en sorte que les conditions sociales des travailleurs soient alignées par le haut », a affirmé M Cazeneuve.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous