Indre : suspension d’un instituteur accusé de travailler sur la Bible

logo AFP

Un instituteur de l’Indre a été suspendu dans le cadre d’une enquête administrative « ouverte afin de déterminer si (des) enseignements avec des références religieuses catholiques sont conformes au programme scolaire », a-t-on appris jeudi auprès de la direction académique.

L’enseignant de cette classe CM1-CM2 a été suspendu après un courrier à l’inspection académique adressé par un collectif de parents lui reprochant d’avoir travaillé avec les enfants sur des passages de la Bible. D’autres parents se sont élevés en revanche contre la décision de l’administration.

Le directeur académique Pierre-François Gachet a insisté de son côté sur « les obligations de laïcité et neutralité des programmes scolaires de l’école publique », en proposant une réunion avec les parents d’élèves vendredi après-midi après les cours dans ce regroupement pédagogique intercommunal (RPI) des communes de Chavin, Badecon-le-Pin, Malicornay et Le Menoux, .

Pour le maire de Badecon-le-Pin et président du RPI, François Broggi, « cela méritait tout au plus un avertissement ». Il a qualifié l’enseignant d' »excellent maître d’école (qui) a su dynamiser cette classe, au-delà même des heures de cours. Notamment en organisant des activités périscolaires de qualité, proposant des voyages, faisant assister ses élèves aux cérémonies patriotiques ».

Les conclusions de l’enquête administrative seront connues « avant la mi-mars » et, entre temps, « l’enseignant conserve l’intégralité de ses droits et revenus », a indiqué le directeur d’académie.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous