Région IDF: les écologistes veulent 50% de bio dans les cantines des lycées

logo AFP

Le groupe écologiste du Conseil régional d’Ile-de-France souhaite atteindre 50% d’aliments bio dans les cantines des lycées et CFA d’Ile-de-France d »ici 2025, et présentera ce projet dans un rapport cadre lors de la prochaine séance du conseil régional le 10 mars.

Dans le cadre de la niche annuelle proposée à chaque groupe de l’opposition, le groupe écologiste a choisi « un sujet de préoccupation de nombreuses familles: la qualité alimentaire dans les lycées et les CFA », a expliqué à l’AFP Mounir Satouri, chef du groupe.

L’objectif affiché est d’atteindre 50% d’alimentation bio dans les cantines d’ici 2025, via la mise en place d’un « plan alimentaire territorial » francilien, qui serait « l’occasion d’une réorganisation de la filière agriculture » et d’une accélération de la conversion vers l’agriculture bio, a-t-il expliqué.

Défendant le « bio local », il a souligné que si la région faisait cette démarche, « cela pourrait être une bouffée d’oxygène pour les agriculteurs, en « permettant de réconcilier les citoyens avec les agriculteurs, d’apporter des perspectives aux agriculteurs et de démarrer une autre manière de consommer ».

Pour le moment, a précisé la conseillère écologiste Bénédicte Monville, la région Ile-de-France est plus tournée vers l’agriculture productiviste, et vers un modèle ultra-exportateur, puisqu’elle exporte 91% de sa production, et importe 91% de ses besoins.

Au total, la région n’est « qu’à un stade expérimental en matière de bio dans les cantines », avec seulement 37 des 468 lycées franciliens servent du bio, selon des chiffres de 2015, affirme le groupe écologiste. Le groupe MoDem, membre de la majorité régionale (LR-MoDem-UDI), avait affirmé de son côté en septembre dernier que 70 lycées franciliens avaient « introduit une part d’alimentation biologique » dans les cantines.

Mounir Satouri a précisé que dans la révision du Plan pluriannuel d’investissement pour les lycées franciliens, qui doit être examinée lors du la prochaine session plénière, la majorité a opportunément rajouter en dernière minutes qu’elle visait « l’objectif de 50% de bio à échéance 2024 ». Tout en se félicitant de ce rajout, M. Satouri a souligné « la différence entre +viser+ et +atteindre+ et « entre +faire un voeu+ et +avoir un plan précis+ ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous