Hausse de 25% des bourses pour les collégiens

logo AFP

Les bourses accordées aux collégiens d’origine modeste seront augmentées de 25% à la rentrée 2017, un an après la revalorisation de celles pour les lycéens, a indiqué lundi la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem.

Le montant annuel versé sera ainsi porté à 105 euros pour l’échelon 1, à 289 euros pour le 2 et à 450 euros pour le 3. Cette hausse, la première depuis 2007, représente 45 millions d’euros en année pleine.

En 2016, les bourses des lycéens avaient été revalorisées, pour la première fois depuis 1992, de 10%, à un montant moyen de 697 euros par an, un effort budgétaire de 28 millions d’euros par an.

Les familles disposent depuis avril 2015 d’un simulateur de droit à l’obtention d’une bourse, www.education.gouv.fr/bourse-de-college et www.education.gouv.fr/bourse-de-lycee, qui permet de savoir si elles sont éligibles. Les familles peuvent aussi obtenir l’estimation du montant de la bourse.

Sont éligibles les élèves des établissements publics et privés sous contrat.

La ministre, en visite dans un collège parisien, a par ailleurs annoncé le lancement d’une plateforme de financement participatif pour des projets d’enseignants et de leurs élèves.

Baptisée « La trousse à projets », cette plateforme sera expérimentée à partir de mars dans cinq académies (Lille, Montpellier, Orléans-Tour, Reims et Versailles), avec une cinquantaine de projets, et étendue à l’ensemble des académies si l’évaluation, conduite à partir de juin, est positive.

Projets scientifiques, sorties culturelles, voyages de classe, édition d’ouvrages… Le ministère de l’Education évalue à quelque 100.000 les projets conduits par des enseignants, dont le coût est en général compris entre quelques centaines et 2.000 euros. Ils sont financés par les parents via les coopératives scolaires, des associations ou les collectivités locales.

La rue de Grenelle souhaite « favoriser ces pratiques et permettre qu’elles émergent là où souvent elles ne réussissent pas », à savoir les établissements dont la population est socialement défavorisée ou situés dans des zones isolées.

La plateforme (www.trousseaprojets.fr) détaille les ressources pédagogiques pour les enseignants, présente et met en valeur les projets des écoles ou des classes, et facilite la collecte de fonds auprès des particuliers, associations ou entreprises.

Les projets inscrits sur cette plateforme doivent avoir été validés par l’inspecteur dans le primaire, le chef d’établissement dans le secondaire, voire l’académie pour les très gros projets.

Il ne peut s’agir en aucun cas de missions financées par l’Etat ou les collectivités, comme par exemple la cantine ou les sorties à la piscine, a souligné la ministre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous