En Belgique francophone, les futurs profs bientôt testés sur leur maîtrise du français

En Belgique francophone, le niveau en langue française est un handicap pour beaucoup de futurs enseignants. C'est pourquoi un examen de français obligatoire pour les futurs profs devrait être mis en place.

prof et écoliers

wavebreakmedia – Shutterstock

En Belgique, la réforme de la formation initiale des enseignants a été dévoilée par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FW-B), et devrait être lancée en mars.

Les professeurs du primaire et du début du secondaire devraient désormais suivre une formation de 4 à 5 ans, au lieu de 3 ans actuellement, via un “master de spécialisation”, qui feront d’eux des “instituteurs spécialisés”. Mais surtout, l’accès de ces derniers à la formation d’enseignant sera soumise, dès 2019, à la présentation d’une épreuve de maîtrise du français.

Ce test sera non contraignant, bien qu’obligatoire. Ainsi, indique Jean-Claude Marcourt, ministre de l’Enseignement supérieur, à La Libre Belgique, “les résultats ne pourront pas empêcher un étudiant de s’engager dans le parcours de formation, mais l’étudiant aura l’opportunité de suivre des remédiations lui permettant d’atteindre les compétences attendues.”

Le mauvais niveau en français : « un handicap pour leur future profession »

Comme le note Le Figaro, la maîtrise de langue française “figure comme l’une des premières cause d’échec pour les étudiants dans le supérieur en Belgique”. Selon la RTBF, les futurs enseignants wallons et bruxellois ne dérogent pas à cette règle, et sont nombreux à présenter « de fortes lacunes » dans la maîtrise du français.

La chaîne de télévision de la Communauté française de Belgique cite Dominique Ledure, professeur de didactique du français à l’Institut supérieur de pédagogie Galilée (ISPG) de Schaerbeek, dans la banlieue bruxelloise : « Il arrive bien souvent que dans nos évaluations, nous ne comprenions même pas ce que notre étudiant veut nous dire. Cela constitue un handicap pour leur future profession ». Et de préciser que la moitié des échecs en première année « seraient liés à la mauvaise maîtrise de la langue« .

1 commentaire sur "En Belgique francophone, les futurs profs bientôt testés sur leur maîtrise du français"

  1. HENRI  3 mars 2017 à 20 h 03 min

    En France, une parfaite maîtrise de la langue devrait aussi être exigée chez nos enseignants.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous