Guyane: deux mineurs mis en examen après des agressions contre des enseignantes à leur domicile

logo AFP

Deux mineurs de 15 et 17 ans ont été mis en examen et incarcérés mercredi après deux agressions distinctes contre des enseignantes à leur domicile, a indiqué jeudi un communiqué du procureur de la République.

Les deux mineurs, natifs de Saint-Laurent du Maroni, ont été mis en examen pour « vol avec arme, agression sexuelle, tentative de vol avec effraction en réunion » avant d’être placés en détention provisoire.

Les faits dont ils sont accusés se sont déroulés sur la commune de Grand Santi, isolée entre fleuve et forêt à la frontière du Suriname sans voie terrestre vers le littoral guyanais.

Dans la soirée du 20 janvier 2017, une enseignante de Grand Santi avait été « agressée à son domicile par deux individus porteurs d’un couteau, qui la menaçaient et lui touchaient le sexe et les fesses par-dessus les vêtements », a indiqué le procureur.

La victime avait alors remis 420 euros aux deux individus « qui tentaient à plusieurs reprises de conduire la victime dans la chambre à coucher ». Elle avait résisté et avait été blessée à la main, avec une ITT de 10 jours.

Deux jours plus tard, une autre enseignante de Grand Santi avait été « victime d’une tentative de vol avec effraction en pleine nuit à son domicile par deux individus qui prenaient la fuite suite aux cris de la victime », selon le procureur.

Les résultats de l’analyse ADN ont permis « de confondre les deux mineurs » qui ont « reconnu les faits », selon la même source.

Les deux mineurs ont indiqué « avoir décidé de s’attaquer à des femmes seules d’origine métropolitaine », les considérant comme « des proies plus faciles », a encore noté le procureur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous