RASED : un impact négatif sur les élèves (étude)

Les Réseaux d'aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) auraient un impact négatif sur les apprentissages des élèves, selon une étude de l'Iredu.

Fotolia / © Zlatan Durakovic

Fotolia / © Zlatan Durakovic

Créés pour répondre aux difficultés d’apprentissage et d’ »adaptation aux exigences scolaires » de certains élèves en primaire, les RASED ne rempliraient pas cette mission, selon une étude de l’Iredu, présentée fin janvier, et citée par l’AEF. Ce serait même le contraire : d’après Claire Bonnard, Céline Sauvageot et Jean-François Giret, les auteurs de l’étude, les RASED auraient un impact négatif sur certains apprentissages.

Un impact négatif « surtout auprès des moins faibles »

Pour en arriver à ces conclusions, les auteurs de l’étude ont évalué le niveau de 9 000 élèves du CP à la 5e, selon 3 critères : leurs « compétences sociales », leurs résultats à l’évaluation de CP, et leur maîtrise du langage. Ils ont ainsi pu constater que chez les élèves présentant des « caractéristiques comparables », ceux passés par les RASED redoublaient davantage que les autres.

En effet, si les élèves issus de RASED présentent une progression similaire aux autres en français, en mathématiques, l’impact des RASED « est fortement négatif, surtout auprès des moins faibles ».

Favoriser les aides « au sein de la classe »

Pour les auteurs de l’étude, le fait de regrouper des élèves « de faible niveau » pourrait créer un environnement pédagogique moins favorable, « avec des enseignants moins exigeants, des interactions entre élèves moins riches », dont pâtiraient les élèves les moins en difficulté. Ils pointent également du doigt les répercussions négatives « sur l’estime de soi » et la « stigmatisation » vis-à-vis des enseignants que pourraient provoquer le dispositif. De plus, soulignent-ils, « le fait de sortir l’élève de la classe […] ne fait-il pas perdre des apprentissages à l’élève qui ne les compense pas ? ».

Pour contrer ces effets négatifs, les auteurs proposent, entre autres, de « favoriser les aides au sein même de la classe« , en s’inspirant par exemple de la literacy hour britannique.

Déjà inquiétés par le peu de créations de postes et, plus récemment, par le projet de réforme de la formation des enseignants spécialisés, les RASED risquent d’être, une fois de plus, mis à mal par les résultats de cette étude.

14 commentaires sur "RASED : un impact négatif sur les élèves (étude)"

  1. Abdul-Hamid  11 février 2017 à 9 h 14 min

    Venez donc sur le terrain, auteurs de cette étude, venez sentir ces élèves qui vont au RASED, suivez les sur plusieurs mois, intéressez vous à leur origine sociale, allez parler avec les professionnels du CMPP, les assistantes sociales du secteur, avec les parents……avec ces enfants, bref, venez vivre notre vie, et après on fera avec vous un constat de l’utilité ou la non utilité des maîtres pédagogiques……..me manque cruellement dans ma petite école la rééducatrice, autre actrice du RASED, supprimée!!. Vous êtes vous déjà posez la question : « Quelle école idéale?? »
    J’arrête là pour ne pas m’énerver contre toutes ces inepties!
    Une maîtresse directrice qui s’interroge sur le boulot de certaines personnes, car nous, enseignants, on BOSSE!Signaler un abus

    Répondre
  2. sorel Michèle  11 février 2017 à 14 h 49 min

    quel était le postulat de cette enquête ? que voulait-on vérifier ou analyser ?
    les critères proposés : compétences sociales , évaluations de CP et maîtrise de la langue . certes!
    A quel moment avaient lieu ces investigations ? quel était le public de référence ? quel échantillonnage pour que cela soit significatif et de quoi ?
    comment mesure-t-on des compétences sociales ? et après, pourquoi on a ou pas ces fameuses compétences sociales ? ou les acquiert-on? et comment ? quel impact sociétal sur ces mêmes compétences ? quelles sont ces compétences sociales ? qui à le monopole de les définir ? les politiques probablement . Compétence sociale numéro 1 : savoir détourner la loi, compétence sociale n°2 : parler un langage de sourd et prendre les autres pour des « demeurés . la liste est longue …..second critère : les évaluations nationales CP : elles dates du siècle dernier , si on regarde les références langagières, ça ne parle pas aux enfants.;; pour ce qui concerne la maîtrise de la langue : plus de 50% des enfants de 4 ans présentent un retard de parole et/ou de langage . et au vue de ces 3 indicateurs je ne vois pas comment on peut impacter les Rased.Signaler un abus

    Répondre
  3. Principal  15 février 2017 à 18 h 32 min

    Enfin! Il fallait bien que ça sorte un jour. Voilà des gens qui « travaillent entre autres départements en Margot, qui font pleurer Margot sur les pauvres enfants en difficulté, qui s’affichent comme leurs héroïques Saint-Bernard, mais dont les pratiques professionnelles restent bien mystérieuses, autant dire hors de tout contrôle. Mais oser partager ce genre de point de vue à voix haute, c’est bien sûr prendre le risque de se voir qualifié de droite, par les belles âmes du Snuipp. Bon, le Rased, ça donne surtout bonne conscience et ça permet de recycler des instits dont on ne sait plus quoi faire (les maîtres G, franchement…). Malheureusement, les élèves ne tirent aucun bénéfice de cette « aide » et parviennent en 6ème sans avoir le moins du monde réglé leurs difficultés. Désolé, tout le monde sait ça, voyons. Le Rased, ça fait bien rigoler dans les cours d’école, un peu moins les parents des enfants qui en « bénéficient ». Par chance ceux-ci sont rarement portés à se plaindre. Ils signent même des pétitions quand le Dasen veut fermer des postes. C’est dire…Signaler un abus

    Répondre
  4. Michelin  7 octobre 2017 à 4 h 44 min

    Comme d’habitude, les pseudo pédagogique se soulèvent et crient au complot. Tout le monde sait que les rased ne sont pas efficaces et que les enfants qui ont (cette aide) qui est en réalité un fichage sur lequel s’appuient les enseignants pour justifier leur désinvestissement envers des enfants de certaines catégories sociales et leur arme fatale pour proposer le redoublement ou l’orientation en segpa au collège.
    Les rased doivent être supprimés pour donner une chance aux enfants des pauvres , les segpa doivent disparaître aussi.Seules les classes ULIS ont montré leur utilité.
    Je suis professeur depuis 27 ans et que personne ne vienne commenter ma participation à cette discussion , jai enseigné en zep, en segpa et dans la formation continue dés enseignants.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous