Maltraitance d’un élève: une institutrice condamnée à 4 mois de prison avec sursis

logo AFP

Une institutrice accusée d’avoir maltraité un enfant a été condamnée jeudi par le tribunal correctionnel de Tours à quatre mois de prison avec sursis et à une interdiction d’exercer une profession en contact avec des enfants, a-t-on appris auprès de son avocat.

Me Michel Brugière a indiqué qu’il avait « immédiatement » fait appel de ce jugement, estimant qu’il « n’y a aucune preuve » contre l’enseignante, âgée de 50 ans. Celle-ci, a-t-il avancé, a surtout été victime de sa réputation de « maîtresse sévère » à son arrivée en septembre 2014 dans une école de Joué-lès-Tours, une commune populaire de la banlieue de Tours.

Le 2 décembre 2014, elle avait fait taire un garçon de sa classe de 24 élèves de CE1-CE2, qui perturbait souvent les cours avec deux de ses camarades. Selon elle, en lui fermant la bouche et en posant son index sur les lèvres. Lui, assure de son côté avoir été « étranglé » par sa maîtresse.

Alertée par le récit d’une camarade de classe, la mère de l’enfant, qui n’avait d’abord rien remarqué, observe des traces de doigts sur un côté du cou du garçonnet. Le lendemain, elle se plaint auprès de la directrice et obtient le soutien d’autres parents d’élèves qui assurent que la maîtresse maltraite leurs enfants. Ce n’est qu’une quinzaine de jours plus tard que la mère portera plainte.

L’avocat de l’enseignante souligne que sa cliente n’a jamais été sanctionnée pour de tels faits depuis qu’elle a débuté sa carrière en 1996. « J’ai rarement vu un dossier aussi creux, sans certificat médical », a-t-il commenté.

La condamnation est conforme aux réquisitions du parquet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous