En 2016, près de 6.000 jeunes ont trouvé du travail via l’armée

logo AFP

Près de 6.000 jeunes en situation de décrochage scolaire ou social ont trouvé du travail grâce à l’armée en 2016, selon le général Luc de Revel, commandant du Service militaire adapté (SMA), qui a considéré jeudi l’objectif de ce dispositif comme « atteint ».

En 2016, 5.847 jeunes âgés de 18 à 25 ans ont appris un métier dans le cadre du SMA, un sytème d’insertion via les armées lancé en Outremer en 1961, lors de cursus variant de 6 mois à 12 mois, d’après l’officier.

« La marge qui reste à franchir (pour atteindre l’objectif des 6.000 jeunes) est modeste, nous y sommes presque », a-t-il dit lors d’une réception au Cercle national des armées à Paris.

« Nous sommes en 2017 et l’objectif des 6000 est atteint », a-t-il ajouté, rappelant que les effectifs comptaient en 2009 environ 3.000 jeunes alors que la Guadeloupe connaissait de « graves troubles sociaux. »

A l’issue de ces services volontaires, 77% des jeunes se sont « insérés » dans la vie active, « dont 53% dans des emplois durables ». Au début de leur formation, « 30 à 40% étaient en situation d’illettrisme ». Une large majorité n’avait pas le brevet des collèges. Parmi ces jeunes, 27% étaient des femmes.

Une particularité de l’année 2016 a été que « les cursus ont été ouverts aux jeunes diplômés en situation de chômage », ce qui facilité « la montée en puissance » du dispositif.

Venu témoigner de son expérience, Valentin Sébastien, 20 ans et originaire de La Réunion, costume noir et noeud papillon, a suivi une formation d’agent d’entretien dans le bâtiment. « Actuellement, je suis en contrat d’apprentissage pour une durée de deux ans en tant que maçon », a-t-il déclaré, affichant un large sourire.

Devant la réussite du dispositif, qui propose huit formations différentes, le président François Hollande avait décidé en 2015 de l’étendre à l’Hexagone via le service militaire volontaire (SMV).

Ericka Bareigts, la ministre des Outre-mer, a affirmé lors de cette réception que c’était « une fierté d’avoir inspiré un projet à la métropole », en espérant « que cela profitera à la jeunesse française ».

« La France est grande lorsqu’elle fait une place à chacun de ses concitoyens », a-t-elle dit, en guise de conclusion.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous