Universités: lancement d’un site internet pour trouver un master

logo AFP

Le gouvernement a lancé mercredi un portail d’information, « trouvermonmaster.gouv.fr », pour aider les étudiants en fin de licence (Bac+3) à trouver une formation en master, dont la réforme concernant la sélection prendra effet à la rentrée 2017.

Le site internet, qui entre en vigueur ce mercredi, répertorie 4.861 formations au total, a-t-on précisé au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

« Au fur et à mesure, le site sera mis à jour avec des informations sur la capacité d’accueil de chaque formation, les modalités de candidature des étudiants aux masters et les calendriers » pour les dépôts de dossier, a-t-on précisé.

Sur ce portail, les étudiants peuvent d’ores et déjà faire leurs recherches de formations par discipline (psychologie, droit par exemple), par métier ou par zone géographique. Pour candidater, l’étudiant sera ensuite redirigé vers les sites des masters choisis.

De nombreuses voix universitaires s’inquiètent qu’on propose aux étudiants de changer de région pour poursuivre leurs études, ou que des masters sans lien apparent avec les licences leur soient suggérés pour poursuivre leurs cursus.

A la suite d’un compromis conclu le 4 octobre entre organisations étudiantes, enseignants et personnels et établissements d’enseignement supérieur, une loi permettant une sélection à l’entrée du master dès la rentrée 2017 a été promulguée le 23 décembre.

Pour la ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, ainsi que son secrétaire d’Etat, Thierry Mandon, l’objectif de cette loi était de mettre fin à une « situation incohérente » et « d’offrir des garanties de clarté et de continuité aux établissements et aux étudiants ».

Le master, cycle de deux ans (M1 et M2), diplôme qui suit la licence, a été créé en 2002 pour remplacer la maîtrise (bac+4) et les DEA ou DESS (bac+5) dans le cadre du processus européen de Bologne. La sélection, qui existait auparavant en fin de maîtrise pour entrer en DEA ou DESS, avait été conservée et se retrouvait en milieu du cycle de master.

Bien qu’interdite, la sélection était pratiquée par les universités, faute de places suffisantes dans certains masters prisés.

Face à la multiplication de recours en justice d’étudiants refusés et après un avis du conseil d’Etat, le ministère a adopté au printemps un décret autorisant quelque 1.300 masters M2 à sélectionner leurs étudiants entre le M1 et le M2.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous