Nantes: report du procès de la mère qui avait frappé l’instituteur de sa fille

logo AFP

Le procès d’une mère âgée d’une trentaine d’années pour avoir frappé et tenté d’étrangler l’instituteur de sa fille, dans l’école primaire où elle est scolarisée à Nantes, a été renvoyé au 2 mars, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Nantes.

Cette mère d’élève devait être jugée en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Nantes pour « outrages, menaces et violences sur une personne chargée de mission de service public, dans un établissement scolaire ». Elle a été finalement placée sous contrôle judiciaire en attendant l’examen de l’affaire.

Elle avait été placée en garde à vue mardi soir, après avoir frappé l’enseignant de sa fille, scolarisée en CM1 dans une école de Nantes, pour « un différend stupide » faisant suite à « une accumulation d’incidents en décembre », selon le parquet.

Considérant que sa fille n’est pas correctement traitée, sa mère est arrivée à l’improviste dans l’école primaire mardi en fin d’après-midi, demandant à voir le professeur. Ce dernier a proposé une entrevue dans une salle de réunion. La mère aurait alors outragé, menacé puis frappé au visage l’enseignant, avant de tenter de placer son écharpe autour de son cou, a indiqué le parquet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous