Pollution: la population du Nord « en danger » (Rousseau, EELV)

logo AFP

La population du Nord est « en danger » si aucune mesure d’urgence pour lutter contre la pollution n’est prise, a estimé mardi Sandrine Rousseau, secrétaire nationale adjointe d’EELV, alors que les Hauts-de-France sont confrontées depuis plusieurs jours à un important épisode de pollution.

« C’est incroyable qu’on n’arrive pas à agir quand des villes comme Paris, Lyon ou Grenoble le font avec la mise en place de la circulation alternée ou différenciée ! Je me pose cette question de savoir si on compte autant qu’un Parisien, un Lyonnais… », a dit à l’AFP l’ex-tête de liste aux régionales 2015.

Elle accuse les autorités, notamment l’Etat à travers le préfet, de ne pas prendre les mesures d’urgence nécessaires.

Face à ce pic « sans précédent depuis trois ans » par sa durée, la préfecture du Nord a rendu obligatoire la baisse de 20 km/h sur les axes routiers, entre autres dispositions.

Les mesures de contrôles routiers ont été renforcées, selon la préfecture, avec à la clé des amendes en cas de non respect de la réduction de vitesse.

« Normalement à un niveau de pollution de 10 sur 10 comme on est aujourd’hui, il devrait y avoir des mesures d’urgence comme la gratuité des transports, la gratuité du parking résidentiel, la circulation alternée, des plans d’urgence pour les personnes à insuffisance respiratoire et personnes âgées, l’interdiction de circulation des poids-lourds dans toute la région. On devrait avoir une panoplie de mesures très fortes et au long cours, or on n’a rien ! », a ajouté Mme Rousseau.

Elle a affirmé que « les personnes qui vivent aujourd’hui normalement, qui ne sont pas au courant, se mettent en danger. Combien d’enfants vont faire du sport aujourd’hui ? C’est criminel de leur faire faire du sport aujourd’hui ! », a-t-elle poursuivi.

La préfecture a pour sa part répondu dans l’après-midi que, depuis ce mardi, les activités sportives en plein air étaient interdites dans les maternelles et primaires et limitées dans les collèges et lycées de la région.

L’ancienne vice-présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais accuse également les élus locaux : « La circulation alternée est mise en place quand les élus le demandent, or là, personne ne le demande », s’étonne-t-elle.

Le préfet de région, Michel Lalande, a précisé à l’AFP que des réunion avec les élus locaux étaient en cours pour la mise en place dans le futur d’un « dispositif de régulation routière », demandant une réflexion particulière en raison notamment de « la spécificité frontalière de la métropole lilloise » et de ses flux importants.

« Je suis déterminé à prendre dans cette région les mesures que les circonstances imposent. Pour cela, nous avons également besoin d’une responsabilité citoyenne », a-t-il estimé.

La pollution atmosphérique, troisième cause de mortalité évitable, génère 48.000 décès prématurés par an en France, selon l’organisme Santé publique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous