Bilan de la délinquance: hausse des agressions à Mayotte en 2016

logo AFP

Augmentation des agressions et baisse des atteintes aux biens et des cambriolages: le préfet de Mayotte Frédéric Veau et le procureur de la République Joël Garrigue ont présenté mardi le bilan de la sécurité et de la délinquance dans l’île en 2016.

« On a une baisse du nombre d’atteintes aux biens, de cambriolages mais on garde une augmentation du nombre d’agressions de personnes », a indiqué le procureur Joël Garrigue. « Pas forcément des agressions pour les voler mais beaucoup d’agressions purement gratuites dans le cadre des batailles entre villages, des violences aux abords des établissements scolaires », a-t-il indiqué.

Sur l’année 2016, la tendance est à un début de stabilisation de la délinquance générale avec une hausse de 2,2% en 2016 contre 15% en 2015 et 2014.

Au total, 10.778 faits ont été enregistrés en 2016 (contre 10.545 en 2015). Mais une baisse s’est amorcée sur les trois derniers mois de 2016, conséquence du plan Sécurité lancé en juin, selon un communiqué commun de la préfecture et du procureur.

En comparaison, le nombre de faits s’établit pour Mayotte à 4,61/1.000 habitants, contre 3,83/1.000 dans toute la France.

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique sont en hausse de 21,5%. Elles concernent notamment la commune de Mamoudzou, précise le communiqué.

Les atteintes aux biens sont en baisse de 9% et les cambriolages en baisse de 17 %.

Le procureur a aussi constaté une augmentation du nombre des plaintes reçues pour viols et agressions sexuelles mais il estime que beaucoup de ces faits ne sont pas dénoncés.

« Avec un peu plus de 200 faits portés à notre connaissance en 2016, je pense qu’on est très loin de la réalité et qu’il y a encore beaucoup de faits de viols, d’agressions sexuelles pour lesquels les victimes n’osent pas porter plainte par peur du regard et du jugement de la famille, des voisins, de la communauté », a-t-il regretté.

Le préfet Frédéric Veau a estimé que la présence des forces de l’ordre sur le terrain constituait la première réponse contre la délinquance. « On a également un travail à poursuivre en matière d’investigation judiciaire notamment pour tout ce qui concerne l’identification et le démantèlement des bandes », a insisté le procureur.

En matière de lutte contre l’immigration clandestine, 22.677 personnes en situation irrégulière ont été reconduites à la frontière contre 18.763 en 2015 (+21 %), et 432 kwassas (bateaux de pêche comoriens utilisés pour acheminer les clandestins) ont été interceptés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous