Près de 9 bacheliers sur 10 satisfaits du contenu de leurs études

logo AFP

Universités, classes prépas, IUT… Quelle que soit la formation choisie, près de 9 bacheliers 2014 sur 10 sont satisfaits de leurs études, un chiffre en hausse par rapport à l’enquête de 2008, selon une étude publiée jeudi par le ministère de l’Enseignement supérieur.

En 2015, 86% des étudiants se disent assez ou très satisfaits de leurs études, un pourcentage en progression par rapport à 2008 et 2002 (83%). En licence, les bacheliers 2014 étaient satisfaits à 82% du contenu de leurs études contre 76% pour les bacheliers 2008.

« Nous avons gagné quatre points entre 1996 et 2014. C’est la rançon des efforts pédagogiques réalisés par les universités », s’est réjouit Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur, « ravi » de cette hausse du niveau de satisfaction des nouveaux étudiants.

Certaines universités ont mis en place le principe de spécialisation, qui permet aux étudiants de suivre un double cursus pendant un an, et peuvent choisir entre mathématiques et informatique ou entre psychologie et philosophie: « On peut commencer dans une discipline et finir dans une autre », explique M. Jolion, conseiller en charge des formations du supérieur et de l’orientation au ministère.

« Il faut sortir de l’enseignement supérieur au +one shot+, où il faut aller le plus loin, le plus vite possible », ajoute-t-il.

Autre enseignement: la persistance de la reproduction sociale. Thierry Mandon, secrétaire d’État, souligne « l’écart sur la capacité à s’orienter » en fonction des origines sociales.

En 2015, les étudiants des classes préparatoires et de médecine, majoritairement issus de familles de classes sociales supérieures, trouvent des réponses à leur orientation majoritairement auprès de leurs familles (34% et 47%). A l’inverse, ceux inscrits en STS (sections de techniciens supérieurs), réputés plus populaires, n’ont que le lycée (47%) comme source d’informations.

« L’orientation doit devenir une matière à part entière dès la 3e pour les bac pro, et en première et terminale », continue Thierry Mandon.

L’étude révèle que la fac attire beaucoup : 79% des bacheliers ont choisi majoritairement l’université (31%), puis les sections de techniciens supérieurs (21%), les classes prépas et les IUT (8%).

Par ailleurs, 54% des bacheliers 2014 envisageaient d’atteindre au moins un bac+5, contre 48% pour les bacheliers 2008. Quant à leur avenir professionnel, ils sont 51% à être optimistes, plus précisément 65% des mentions « très bien » le sont quand 47% des « sans mention » le sont. La majorité des mentions « très bien » se dirigent vers les classes préparatoires (40%).

Toutefois, au cours de l’année 2014-2015, 5% des bacheliers abandonnent leurs études, principalement à cause d’une mauvaise orientation (61 %). Comme en 2008, une part non négligeable des bacheliers 2014 reprendront sans doute leurs études à la rentrée suivante.

L’étude a été réalisée par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) et la sous-direction des systèmes d’information et des études statistiques (SIES) à partir d’un échantillon de 18.200 jeunes issus du panel des élèves entrés en 6e en 2007.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous