Prédicat : « Si nos CM1 ont mis 20 minutes à comprendre, cela ne devrait poser aucun problème à des enseignants »

Alors que l'introduction du prédicat dans les programmes scolaires attise les critiques, Delphine, professeure des écoles, défend l'utilité de cette notion et explique comment l'aborder.

écolier

monkey-business-images/Shutterstock

Les nouveaux programmes du cycle 3 introduisent la notion controversée de prédicat. Pensez-vous que cette notion (qui s’ « ajoute » à celles déjà enseignées) soit utile pour l’apprentissage de la grammaire ?

Oui. Elle permet de lever une confusion qui persistait entre la nature et la fonction du groupe verbal. Dans la phrase Camille chante, on disait aux élèves que le mot « chante » était un verbe (c’est sa nature ou sa classe), et que sa fonction c’était… d’être un verbe aussi. Comme on n’avait pas de mot pour désigner la fonction du groupe verbal, on utilisait sa nature, ce qui n’était pas très heureux.

De plus, le découpage d’une phrase simple en sujet/prédicat (+compléments de phrase éventuels) permet une analyse rapide et facile de la cohérence de la phrase, en particulier dans la production d’écrits. Ce prédicat nous offre la possibilité d’un niveau d’analyse de la syntaxe plus macroscopique. Ce n’était pas aussi simple quand nous analysions directement les groupes plus petits, notamment les différents compléments de verbe.

Certains enseignants et parents estiment que l’introduction de cette nouvelle notion est un « nivellement par le bas ». Comprenez-vous cette polémique ?

Je comprends que les parents s’inquiètent parce qu’on leur a dit, à tort, que l’enseignement du prédicat remplaçait celui du COD. Il ne le remplace pas, il le précède. Les compléments de verbe sont toujours au programme. D’autre part, on connait maintenant des techniques efficaces pour accorder le participe passé sans utiliser le COD (je pense à la méthode Wilmet, par exemple).

Vous avez vous-même commencé à enseigner le prédicat. A quel niveau enseignez-vous, et comment se sont passées les premières leçons ?

J’enseigne en CM2, et ma collègue de CM1 l’enseigne aussi. Les leçons se sont très bien passées. Le mot prédicat n’est pas plus impressionnant pour les élèves que celui de complément circonstanciel ou déterminant démonstratif. C’est un mot nouveau comme tant d’autres. C’est pour nous, adultes, qu’il est déstabilisant.

Nos élèves isolent d’abord le sujet de la phrase, puis les compléments de phrase (c’est-à-dire les groupes que l’on peut déplacer et supprimer). Toute le reste, c’est le prédicat. En une séance, mes élèves avaient compris. En deux semaines, c’était solide pour tous. Ce n’est vraiment pas difficile à enseigner.

Certains enseignants se disent un peu perdus face aux nouvelles règles de grammaire. Que leur conseilleriez-vous pour les appliquer en classe ?

L’article que vous citez est très partisan. Si nos CM1 ont mis 20 minutes à comprendre le prédicat, il me semble que cela ne devrait poser aucun problème à des titulaires du concours d’enseignant, avec un minimum de bonne volonté (ou alors le niveau a vraiment baissé… chez les profs ! )

C’est vrai qu’on trouve encore peu de « littérature » sur le sujet et que notre hiérarchie n’a jamais brillé par sa capacité à former les enseignants sur ces nouveautés, qu’on sait pourtant sensibles. J’ai fait un article à destination des profs des écoles (ou des non spécialistes). Benoit Wautelet en a fait un autre, peut-être un peu plus technique, qui devrait répondre aux questions des profs de français du collège.

11 commentaires sur "Prédicat : « Si nos CM1 ont mis 20 minutes à comprendre, cela ne devrait poser aucun problème à des enseignants »"

  1. Maxim62  18 janvier 2017 à 9 h 22 min

    « prédicat » me choque moins que « professeure »Signaler un abus

    Répondre
  2. Virginie  18 janvier 2017 à 12 h 33 min

    A aucun moment il n’est dit dans cet entretien que le COD est inutile. Je ne lis non plus aucune contradiction. Il faut enseigner le prédicat pour pouvoir en parler en connaissance de cause. Cela évite d’affirmer des bêtises. Je l’enseigne. Sans suppression aucune du COD. Les élèves en grandes difficultés trouvent là un moyen de comprendre et de maîtriser. Quant aux autres, leur niveau ne baisse pas, n’ayez aucune inquiétude.Signaler un abus

    Répondre
    • sissi92  20 janvier 2017 à 12 h 43 min

      ma fille est en CM1 ; elle a entendu parler du « prédicat », s’en contrefiche et n’en voit pas l’intérêt.
      son niveau ne baisse effectivement pas, car je la fais travailler sur les vieilles règles grammaticales. ce qui lui permettra de ne pas attendre la 5ème (année prévue pour cela, si j’ai bien compris) pour entendre parler de COD et de COI (absolument pas abordé à ce jour dans sa classe).Signaler un abus

      Répondre
  3. Loys  18 janvier 2017 à 16 h 53 min

    « A aucun moment il n’est dit dans cet entretien que le COD est inutile »

    Je cite : « on connait maintenant des techniques efficaces pour accorder le participe passé sans utiliser le COD »…Signaler un abus

    Répondre
  4. Duhamel  19 janvier 2017 à 9 h 33 min

    Ce n’est pas en changeant le nom de Complement d’objet direct que les enfants seront meilleurs en Français . Encore quelques débiles idéologues , persuadés d’avoir inventé le « graal » .
    Ce qui manque aux enfants ce sont des heures de cours des fondamentaux .Ces mémes heures remplacées par des cours secondaires : initiation à la voile , initiation au rugby , chorale , arts plastiques ……. reprenons les heures de cours d’il y a 40 ans et les mémes programmes et tout rentreras dans l’ordre . De plus il y a 40 ans ,il n’y avait pas de calculettes .!!!!!Signaler un abus

    Répondre
    • lilyd  5 mars 2017 à 23 h 59 min

      Et il y a 40 ans il n’y avait ni anglais, ni ordinateur ou tablette, pas d’internet, on ne parlait pas non plus de développement durable…
      Il faut bien que l’école change car les temps changent !Signaler un abus

      Répondre
  5. GAYAN  19 janvier 2017 à 15 h 16 min

    Et donc, … ce sont nos enfants qui ont été surpris quand faisant leurs devoirs et révisant leur leçon avec leurs parents , leurs parents eux mêmes étaient bien circonspects sur cette notion..
    encore un point bien anticipé ..Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous