Education prioritaire : Emmanuel Macron veut dédoubler les classes de CP/CE1

Candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron veut faire du primaire la priorité, surtout dans l’éducation prioritaire. Il souhaite ainsi "12.000 instituteurs de plus" en REP et REP+

Emmanuel Macron sur le plateau de TF1 © @TF1LeJT

Emmanuel Macron sur le plateau de TF1 © @TF1LeJT

Emmanuel Macron appelle à un “sursaut” en matière d’éducation. Interviewé par La Voix du Nord, le candidat à l’élection présidentielle du mouvement En Marche évoque les enquêtes PISA et TIMMS. Pour lui, le système scolaire français est “aujourd’hui largement en échec”, mais il serait possible de “rattraper le retard de la France” en 10 ans, à condition “d’avoir une mobilisation générale”.

L’école primaire, « la priorité »

Dans son livre-programme Révolution, sorti fin novembre 2016, Emmanuel Macron abordait déjà l’idée de redonner la priorité au primaire, insistant sur le fait que “l’investissement public dans le primaire est nettement inférieur à la moyenne des pays développés”.

A la Voix du Nord, le candidat d’En Marche confirme sa volonté de revisiter l’un des sujets phares en matière d’éducation du quinquennat de François Hollande. Pour lui, les actions du gouvernement pour le primaire (réforme des rythmes scolaires, notamment) ne “répondent pas assez aux défis de nos enfants, et à l’urgence de la situation”. “La réponse aux grandes difficultés que rencontrent certains élèves se trouve d’abord au sein de l’école primaire. C’est la priorité”, explique Emmanuel Macron.

Une « discrimination positive territoriale »

L’ancien ministre de l’économie (2014-2016) souhaite se concentrer en particulier sur les zones d’éducation prioritaire. Pour lui, la carte des REP et REP+ redéfinie en 2014 est “insuffisante”. En outre, estime-t-il, “n’enlever que 3 ou 4 élèves par classe n’a pas beaucoup d’impact.”

Emmanuel Macron prône un passage à une “discrimination positive territoriale”. Il faudrait, selon lui, “diviser par deux” le nombre d’élèves pour le CP et le CE1 dans les REP et REP+. Ce qui concernerait au total 6000 classes, soit “12.000 instituteurs de plus”. Selon le candidat d’En Marche, ces 12.000 profs de plus seraient “pour partie des créations de postes”, et pour partie “des embauches qui restent à faire” sur les 60.000 programmés pour le quinquennat Hollande.

Un Bac à l’organisation « simplifiée »

Cet “effort conséquent” destiné à dédoubler les classes dans les zones les plus défavorisées, Emmanuel Macron entend le financer “intégralement” par la “correction des inefficacités du système actuel”, notamment le “coût du baccalauréat, sur lequel plusieurs centaines de millions d’euros peuvent être économisées.”

Le candidat d’En Marche souhaite ainsi “simplifier l’organisation” du Bac, autour de “quelques épreuves”, afin d’en “réduire le coût”… mais aussi d’en “rétablir la cohérence”, pour que ce diplôme garde son “rôle de sésame”, mais que les “transitions” entre secondaire et supérieur soient “fluidifiées”.

Discours Emmanuel Macron - Source En Marche live !

Discours Emmanuel Macron – Source En Marche live !

Passer dans un REP / REP+ : « comme avoir fait campagne dans l’armée »

Pour Emmanuel Macron, les enseignants de REP et REP+ devraient en outre “pouvoir développer de vrais projets pédagogiques”, et pouvoir “proposer des méthodes plus innovantes”, qu’il souhaite “valoriser” dans le parcours des profs qui s’y engagent.

“Je ne veux plus de carrière linéaire pour les enseignants”, indique-t-il, précisant que pour lui, “le fait d’être passé dans un REP ou REP +, ce doit être comme avoir fait campagne dans l’armée, car c’est le cœur de la bataille de la République”.

Une plus grande autonomie des établissements

Enfin, Emmanuel Macron plaide “l’autonomie” dans l’Éducation nationale. Il se déclare ainsi “favorable” à une “plus grande autonomie” des établissements scolaires, en particulier des collèges et des lycées. Pour lui, il faut “renforcer” une autonomie pédagogique actuellement “limitée”, et donner plus de latitude aux responsables des établissements, afin de “répondre aux difficultés de terrain”, notamment en ce qui concerne l’affectation des enseignants. Et de défendre un “pilotage plus moderne, avec un vrai travail d’évaluation de ce qui fonctionne ou pas”.

3 commentaires sur "Education prioritaire : Emmanuel Macron veut dédoubler les classes de CP/CE1"

  1. Frip  16 janvier 2017 à 16 h 36 min

    Mr Macron parle d’autonomie, de liberté. Ne nous y trompons pas. Ce monsieur qui a consacré à peine 3 paragraphes à l’éducation lors de son discours à Lille dans un discours annoncé comme « portant sur l’éducation » ne défend en fait que la privatisation à terme de l’Ecole.

    Concernant le dédoublement des classes, Mr Macron devra nous dire qui construit les bâtiments nécessaires? Qu’il chiffre son projet également.

    Quand les médias, y compris ceux qui le soutiennent, vont-ils enfin ouvrir les yeux sur ce leurre?

    Sur la plus grande supercherie politique de ces 40 dernières années!Signaler un abus

    Répondre
    • Bonnet  7 février 2017 à 14 h 48 min

      Avez vous lu son livre programme « révolution » ?
      Il parle de se concentrer en priorité sur l’école primaire et sur les apprentissages de base, de replacer les enseignants au cœur de la République et de permettre à chaque élève de sortir avec un qualification et/ou un diplôme en améliorant l’orientation, en favorisant l’autonomie des enseignants et permettre de redonner du sens aux apprentissages tout en ne laissant personne décrocher.
      Il parle d’améliorer les conditions de travail des enseignants, de dynamiser les universités et les lycées et d’une ambition retrouvée pour la République qui est de donner à chacun une chance de réussir.
      En rien il veut privatiser l’enseignement, c’est un mensonge de « Frip ».Signaler un abus

      Répondre
  2. BOURDUGE  17 mai 2017 à 21 h 42 min

    Il n’y a pas que dans les rep que les enfants ont des difficultés !
    Lorsque l’on a des enfants qui ont des difficultés, on va devoir déménager dans les REP !
    En centre ville, il y a aussi des parents qui perçoivent que le SMIC ! tout le monde ne peut pas payer des cours particuliers à ses enfants !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous