« Plus de maîtres que de classes » : une réussite selon Najat Vallaud-Belkacem

3 ans après sa mise en place, "Plus de maîtres que de classes" est un succès selon le ministère. Le SE-UNSA note un impact positif, mais un accompagnement insuffisant.

junge motivierte lehrerin vor der klasse © contrastwerkstatt - Fotolia

junge motivierte lehrerin vor der klasse © contrastwerkstatt – Fotolia

Trois ans après sa mise en place, « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) est « un vrai succès », selon Najat Vallaud-Belkacem, qui faisait son bilan, le 10 janvier 2017 à l’occasion de la remise du rapport du comité national de suivi du dispositif.

Mesure phare du quinquennat de François Hollande en matière d’éducation, PDMQDC devait aider chaque élève à la maîtrise du socle commun via les apprentissages fondamentaux (lecture, écriture et calcul). Son principe : affecter un enseignant supplémentaire au sein d’une école primaire, principalement en zone d’éducation prioritaire.

Un dispositif qui sera généralisé dans toutes les écoles REP/REP+

La présence d’un maître PDMQDC, amené à intervenir dans plusieurs classes en complément de l’enseignant référent, devait permettre la mise en place de nouvelles organisations pédagogiques, comme la pratique d’ateliers. L’objectif étant, via le suivi plus individualisé des élèves, de conduire à la réduction du sentiment d’échec ou d’abandon, en répondant mieux aux difficultés rencontrées.

En janvier 2015, à mi-étape, on comptait 1848 emplois dans PDMQDC. Deux ans plus tard, le nombre de postes affectés à ce dispositif s’élève à 3220, soit 92% des écoles primaires REP+. « A la rentrée 2017, c’est un effort supplémentaire considérable qui sera fait avec 1941 nouveaux postes », indique la ministre de l’Education nationale, qui s’engage ainsi à généraliser PDMQDC dans toutes les écoles de l’éducation prioritaire.

« Un pas vers la transformation de l’école » (SNUIPP)

Pour le SNUipp-FSU, syndicat des enseignants du primaire, cet engagement de la ministre est « un pas vers la transformation de l’école ». Mais, prévient l’organisation, « pour qu’il soit efficace, ce dispositif nécessite du temps reconnu, de la formation, et de la confiance dans la professionnalité des enseignants ».

Le SNUipp écrit sur son site qu’il « veillera aussi à ce que PDMQDC trouve sa réalité dans tous les départements », car il ne peut « dépendre d’arbitrages locaux, et donc ne pas se déployer au détriment de nécessaires ouvertures de classes, des moyens destinés à la formation, ou en lieu et place des RASED ».

D’après une enseignante PDMQDC interviewée par 20 Minutes, le dispositif « Plus de maîtres que de classes » aurait des effets positifs sur les élèves en difficultés. Cette dernière indique que dans les classes où elle intervient, de la grande section au CM2, « Les élèves qui avaient des soucis en français et en maths se sont améliorés ».

Un impact « positif », mais un « accompagnement insuffisant » de l’administration (SE-UNSA)

Selon 96% des enseignants interrogés par le syndicat SE-UNSA dans le cadre d’une enquête sur l’efficacité du dispositif dévoilée le 5 janvier, l’impact de PDMQDC serait « positif » pour les apprentissages des élèves.

Mais les profs interrogés (1400 affectés sur un poste surnuméraire, et 1100 accueillant un maître supplémentaire dans leur classe) estiment que « davantage de formation » serait nécessaire. Car « Si 3 PDMQDC sur 4 ont bénéficié de formations, ce sont en revanche moins d’1 enseignant sur 2 membres d’une école bénéficiant du dispositif qui ont eu une formation », indique le SE-UNSA. En outre, l’étude du syndicat pointe du doigt un « accompagnement inégal » selon les territoires, « 48 % des collègues estimant que le suivi de l’administration n’est pas suffisant ».

Afin de disposer de chiffres officiels, le ministère de l’Education a mis en oeuvre une évaluation, dont les « premiers retours » devraient être dévoilés en 2018, selon 20 Minutes. Mais le prochain gouvernement poursuivra-t-il ce dispositif ? « Tous les candidats à la présidentielle disent qu’il faut poursuivre la priorité au primaire. Le dispositif a donc toute légitimité pour être poursuivi », indique au journal Christian Chevalier, secrétaire général du SE-UNSA.

 

Source(s) :
  • 20 Minutes, SNUIPP, SE-UNSA, MENESR

2 commentaires sur "« Plus de maîtres que de classes » : une réussite selon Najat Vallaud-Belkacem"

  1. J.LECOT  13 janvier 2017 à 8 h 09 min

    Quand on fait des classes de 30 élèves au collège et parfois 40 au lycée, y compris pour l’accompagnement personnalisé, c’est pas bien compliqué d’avoir plus de professeurs que de classes…Signaler un abus

    Répondre
  2. Roger merle  17 janvier 2017 à 20 h 24 min

    J’aime bien madame vallaud belkacem parce qu’elle est toujours satisfaite.
    La reforme des colleges pour elle est une merveille.
    Les EPI sont une idee de genie pour faire travailler ensemble des professeurs sur des themes improbables
    Le prof d’histoire geo et le prof de sport par exemple sur
    La pratique du tirc a l’arc a l’epoque de Robin des bois
    Et si madame vallaud belkacem vient visiter le college en question
    Elle prononcera cette phrase que j’aime bien
    « Je me rejouis de cette initiative »Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous