Assassinat présumé d’une étudiante japonaise: le corps recherché dans une forêt du Jura

logo AFP

Les recherches du corps de l’étudiante japonaise Narumi Kurosaki, disparue depuis un mois à Besançon et dont l’ex-petit ami chilien est soupçonné d’être l’assassin, s’orientent sur le secteur de la forêt de Chaux (Jura), a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Les services de police ont orienté leurs investigations dans cette forêt, ont précisé les mêmes sources, confirmant une information du Parisien-Aujourd’hui en France.

Ils sont appuyés par plusieurs chiens du centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat (Lot), spécialisés dans la recherche de cadavres.

Selon Le Parisien-Aujourd’hui en France, les données GPS de l’ancien petit ami de la Japonaise ont permis aux enquêteurs de déterminer que ce professeur-assistant chilien, suspecté de l’avoir tuée, était passé dans ce vaste secteur boisé du Jura.

Le parquet et la police judiciaire n’ont pas confirmé ces informations. Le commissaire Fabrice Finance, directeur adjoint de la Direction interrégionale de la police judiciaire de Dijon, s’est refusé à tout commentaire, trouvant « déplorable que de telles informations soient diffusées dans la presse ».

La forêt de Chaux est l’une des plus vastes forêts de feuillus de France. Sa superficie, de quelque 20.000 ha, s’étend sur les départements du Jura et du Doubs.

Narumi Kurosaki, 21 ans, qui était à Besançon pour étudier le français depuis septembre, a disparu le 4 décembre. Bien que son corps reste introuvable, la police et la justice françaises sont persuadées de son décès.

Les enquêteurs soupçonnent son ancien petit ami chilien, « qui était en France et présent à Besançon au moment de la disparition », d’être l’auteur de ce crime sans cadavre. Un mandat d’arrêt international a été délivré à son encontre.

La jeune femme avait, par le passé, eu une relation amoureuse avec ce professeur-assistant dont elle était séparée. Selon une source proche de l’enquête, il aurait regagné le Chili après la disparition.

La justice chilienne a annoncé collaborer avec la France dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’assassinat de Narumi Kurosaki.

Le Chili « a reçu une demande d’assistance par les autorités compétentes françaises » sur cette affaire, a affirmé le responsable du service de Coopération internationale et des extraditions auprès du ministère de la Justice chilien, Antonio Segovia. Elle concerne « l’identification de certains suspects ainsi que de leurs derniers déplacements », a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous