L’ancien président de l’université d’Orléans, critiqué pour sa gestion, quitte son poste de recteur en Guyane

logo AFP

Le recteur de Guyane, Youssoufi Touré, mis en cause pour sa gestion de l’université d’Orléans dont il a été le président jusqu’en mars 2016, a annoncé mercredi son « départ » de l’académie guyanaise, seulement 10 mois après son arrivée.

« Je reste dans ce grand ministère. On ne me limoge pas, on ne me vire pas. J’ai demandé à la ministre de partir il y a quelques semaines », a-t-il déclaré à la presse, à Cayenne, sans faire de lien entre son départ et les accusations portées contre lui dans sa gestion de l’université d’Orléans.

Selon lui, « il n’y a pas une once de réalité, mais un kilo de méchanceté », dans ces accusations.

Youssoufi Touré a été le président de l’université d’Orléans de janvier 2009 à mars 2016.

Le nouveau conseil d’administration de l’université d’Orléans a engagé en octobre un plan d’économies drastiques pour tenter de combler un déficit de l’ordre de 12 millions d’euros et d’éviter la mise sous tutelle.

Le vice-président de l’université Athanasios Batakis, avait affirmé en octobre à l’AFP que cette situation était notamment consécutive à la « gestion non rigoureuse » des dépenses de personnel depuis 2011 sous Youssoufi Touré.

« Je pense que quand on a été président, vice-président, il est très difficile qu’on ne sache pas ce que c’est la gestion. L’habit et la couleur de la peau ne font pas le moine », a répondu Youssoufi Touré qui n’a pas souhaité commenter les accusations portées à son encontre.

Il a expliqué son « départ » par des « crispations et des difficultés de connexion » avec les équipes du rectorat et avec le monde enseignant et syndical. « Depuis le mois d’octobre, le recteur ne remplit pas complètement ses fonctions » a-t-il dit de lui-même.

Son successeur sera Alain Ayong Le Kama, universitaire en sciences économiques à Paris-Ouest, nommé mercredi en conseil des ministres. Il arrivera en Guyane le 9 janvier, selon M. Touré.

Dans un communiqué, l’Unsa-Education s’est dit « inquiète des conséquences de ce turn-over sur la prochaine rentrée scolaire ». Et dénonce « cette gestion hasardeuse du ministère au détriment des enfants de Guyane ».

Youssoufi Touré avait été nommé recteur de Guyane le 2 mars 2016.

L’université d’Orléans a voté à la mi-décembre un budget de crise pour 2017 pour tenter de redresser ses comptes, avec un plan d’économies de plus de trois millions d’euros sur un budget total de 173 millions d’euros, et le gel de 46 postes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous