Ariège: un trentenaire jugé le 24 janvier pour apologie du terrorisme

logo AFP

Le procès mardi en comparution immédiate d’un homme de 32 ans à Foix pour « apologie publique d’un acte de terrorisme » et « menace de mort en raison de la religion » a été renvoyé en raison de l’absence du prévenu, a constaté un correspondant de l’AFP.

Le prévenu, interpellé samedi et écroué mardi soir, a refusé de se présenter à l’audience. Le parquet a demandé un renvoi, l’expertise psychiatrique qui devait être menée au cours de la garde à vue n’ayant pas pu être réalisée, faute d’expert disponible.

Le suspect a été maintenu en détention et son procès renvoyé au 24 janvier.

Samedi, un utilisateur de Facebook avait signalé à la police des « menaces de mort réitérées » de la part d’un « individu se réclamant d’Allah et faisant l’apologie du terrorisme », selon un communiqué du procureur de la République à Foix, Karline Bouisset.

Selon le document, « sans énoncer de cible particulière, l’intéressé indiquait parallèlement vouloir donner son âme à Allah le 12 décembre 2016 », jour d’une visite du Premier ministre, Bernard Cazeneuve, en Ariège.

Le trentenaire a été interpellé samedi après-midi avec l’assistance du RAID à Pamiers (Ariège) et placé en garde à vue au SRPJ de Toulouse. Dimanche, sa garde à vue a été prolongée.

Lors de son audition, il s’est « défend[u] d’avoir conçu un quelconque projet criminel », avait indiqué dimanche Mme Bouisset.

« La minutieuse perquisition menée chez lui confirme l’absence d’armes et aucun élément matériel n’accrédite à ce stade de l’enquête l’existence d’actes préparatoires tendant à la commission d’un crime », selon la même source.

« Questionné sur sa volonté de donner son âme à Allah le 12 décembre 2016, le mis en cause a expliqué qu’il avait choisi ce jour car il s’agit de la date anniversaire du prophète », poursuivait le parquet.

Dimanche, la procureur écartait ainsi « en l’état des investigations », « tout lien » avec la venue du Premier ministre, Bernard Cazeneuve, et du Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, dans le département lundi. Ce qu’une source proche du dossier a confirmé mardi à l’issue de la garde à vue.

En janvier, le prévenu avait été condamné à 8 mois de prison en comparution immédiate, pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique », « menaces de mort sous condition », « intrusion dans un établissement scolaire » et « détention de stupéfiants », avait précisé le parquet.

cor-alv/chv/it

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous