SNCF et RATP se dotent d’un jeu vidéo pour lutter contre les discriminations

logo AFP

Un « serious game », une application pédagogique sous forme de jeu, sur les discriminations pouvant s’exercer dans le cadre professionnel va intégrer progressivement la formation de nouveaux agents à la SNCF et à la RATP.

Antoine est homosexuel et sa promotion comme chef d’équipe n’est pas bien vue, Dan a un collègue musulman qui refuse de passer la visite médicale car le médecin est une femme, Bruno est un jeune homme noir et malgré de meilleurs résultats c’est Serge qui obtient une promotion : toutes ces situations sont tirées de « ProDiversité », une application développée par l’entreprise Daesign en partenariat avec le cabinet de conseil Altiden, la SNCF et la RAPT, et testée par l’AFP.

« Nous travaillions déjà sur l’égalité de traitement de nos collaborateurs, mais nous voulions aller plus loin pour sensibiliser plus de monde », explique Catherine Woronoff-Argaud, responsable diversité et mixité à la SNCF, qui y voit un complément à des formations plus classiques.

« Chaque contenu et scènes contextuelles du jeu ont été élaborés à partir de problématiques réelles rencontrées et vécues par les salariés des deux entreprises », précisent la SNCF et la RATP dans un communiqué.

Si la majorité des réponses peuvent paraître évidentes, certaines situations sont plus délicates à gérer, même pour une personne sensibilisée à ces problématiques.

L’application, en cours de déploiement, doit intégrer certaines formations, comme celles des directeurs d’établissement ou des dirigeants d’unité opérationnelle à la SNCF. Si elle cible en premier lieu les managers, chaque agent pourra y avoir accès.

« Le bien-vivre ensemble n’est pas inné pour tout le monde. Régulièrement, il faut rappeler que le respect de chacun est une valeur de l’entreprise », poursuit Catherine Woronoff-Argaud qui assure néanmoins qu’aucun fait précis n’est à l’origine de ce projet.

Chaque module interactif se termine par un quiz puis par des vidéos pour préciser le cadre juridique. « Au-delà d’un bon sentiment, il y a aussi la loi qui définit 21 critères de discrimination », rappelle la responsable diversité à la SNCF.

Parmi ces critères, le sexe ou la couleur de peau, mais aussi le lieu de résidence ou les moeurs (le fait d’être fumeur, par exemple).

Ce « serious game » a été conçu pour être facilement adapté à d’autres entreprises.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous