Ouverture du procès d’un instituteur pour le viol ou l’agression de 30 fillettes

logo AFP

Le procès d’un instituteur jugé pour le viol ou l’agression sexuelle de 30 fillettes entre 2011 et 2013 s’est ouvert jeudi devant les assises de Savoie à Chambéry avec un huis clos partiel, où la presse est autorisée.

Eric Molcrette, 51 ans, est descendu du fourgon de gendarmerie caché sous la robe de son avocat pour ne pas être filmé ou photographié et s’est engouffré dans le tribunal alors qu’un homme l’insultait.

L’ex-enseignant, qui a reconnu les faits, est accusé de viols et agressions de 19 de ses élèves de grande maternelle et CP, âgées de 5 et 6 ans, à l’école de Planaise (Savoie). Il répond aussi d’attouchements sur 11 enfants de 8 à 12 ans lors d’un camp de vacances équestre à Mornac-sur-Seudre (Charentes-Maritimes) à l’été 2012.

Dans la salle d’audience, devant les couples ou parents seuls qui se sont portés parties civiles, la question de la publicité des débats a été débattue, les tenants du huis clos total étant un peu plus nombreux que ceux prônant la présence de la presse.

Ainsi Me Julien Betemps a demandé la « plus grande publicité possible » pour « un dossier qui sort des sentiers battus » tandis que Me Daniel Cataldi plaidait « l’intérêt commun de comprendre l’incompréhensible » et de « faire disparaître l’ombre et le silence qui ont permis la réalisation de ces faits ».

L’avocate générale Agnès Deletang et la défense ont plaidé le huis clos total mais la cour s’est rangée aux arguments de ceux qui veulent que l’affaire serve d’exemple.

« On ne va pas effacer ce qui s’est passé mais si ça peut servir ne fût-ce qu’à une enfant, il faut un huis clos partiel », a ainsi dit à la barre le père d’une victime de Mornac.

Le procès doit durer sept jours et s’achever vendredi 16 décembre. Eric Molcrette risque une peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous