TIMSS 2015 : comment expliquer les mauvais résultats en maths et en sciences ?

Face aux piètres résultats des élèves français en maths, Najat Vallaud-Belkacem accuse la droite d'avoir "sacrifié une génération". Le Cnesco, lui, remarque que les profs des écoles sont "peu familiers" avec cette matière.

Maths formulas © christianchan - fotolia.com

Maths formulas © christianchan – fotolia.com

Les élèves français de CM1 sont derniers du classement européen de l’enquête TIMSS 2015, sur les performances en maths et en sciences : à qui la faute ? Najat Vallaud-Belkacem refuse d’endosser la responsabilité de ces “résultats inacceptables”, et accuse la droite… plus particulièrement le gouvernement Fillon, au pouvoir entre 2007 et 2012.

La ministre de l’Éducation nationale pointe du doigt la “faiblesse” des programmes 2008 (remplacés à la rentrée 2016) : “ce sont les élèves entrés en CP en 2011 et qui sont, je pèse mes mots, la génération sacrifiée. Celle qui paye au prix fort les choix politiques d’hier”, a-t-elle indiqué à la presse, comme le relaie France Info. Selon Najat Vallaud-Belkacem, les programmes de maths et de sciences mis en place sous François Fillon étaient “faibles, trop lourds et insuffisamment détaillés”.

La ministre dénonce aussi la suppression de la formation des professeurs des écoles (remise en place sous François Hollande), une “formation continue réduite à peau de chagrin » et les 80.000 suppressions de postes sous Nicolas Sarkozy. Selon elle, les élèves continueront de « payer ce prix fort à l’avenir si l’on remettait en place cette politique ». Et de vanter, a contrario, les nouveaux programmes de 2016, “plus ludiques et plus numériques”, qui « répartissent mieux l’apprentissage dans le temps », ainsi que la “stratégie mathématiques” qu’elle a construite pour “répondre aux difficultés des élèves”, et les ressources disponibles sur Eduscol, dans un site dédié aux maths.

multiplication table as a background. macro © schankz

multiplication table as a background. macro © schankz

Des profs des écoles « peu familiers » avec les mathématiques

Plutôt que de s’interroger sur qui est le responsable, le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) propose de son côté plusieurs “pistes d’interprétation” des résultats du TIMSS  en maths.

D’abord, ils s’expliqueraient par le fait que “les enseignants sont peu familiers” avec les maths : ainsi, 80 % des profs des écoles “n’ont pas suivi un cursus scientifique dans l’enseignement supérieur, et seuls 2 % ont suivi des études supérieures en mathématiques”, indique le Cnesco, citant un rapport de l’IGEN datant de 2006. Conséquence : les enseignants, non scientifiques, “n’ont pas toujours la maîtrise de tous les savoirs mathématiques théoriques qui sont impliqués dans les programmes scolaires”, écrit le conseil. Selon le conseil, les inspecteurs et les conseillers pédagogiques sont eux aussi “peu familiers” avec les maths.

Le Cnesco remarque aussi que les formations initiale et continue sont “faiblement dédiées” aux maths, avec une “préparation professionnalisante faible” dans cette matière. Dans un récent rapport, le conseil avait en outre constaté que l’offre éditoriale de manuels était “diverse et non contrôlée”, avec une “forte disparité dans les contenus et l’organisation”. Par exemple, en 2015, “un manuel de CM1 introduisait les fractions en octobre et leur consacrait 8 séances, alors qu’un autre les introduisait en février et leur consacrait 21 séances.”

Little 7 years old boy solves multiplication table © Daniel Jędzura

Little 7 years old boy solves multiplication table © Daniel Jędzura

De « fortes variations » dans le temps alloué aux maths

En outre, le Cnesco pointe un temps d’enseignement prescrit “élevé”, mais “une mise en oeuvre possiblement variable” : ainsi, si la France fait partie des pays proposant “un nombre d’heures d’enseignement des mathématiques le plus conséquent”, certaines recherches  (notamment un rapport de l’IGEN de 2010) “ont montré de fortes variations dans le temps alloué, selon les enseignants”.

Pour le Cnesco, les pratiques d’enseignement ont “évolué positivement”, mais doivent s’améliorer “sur des dimensions stratégiques”, d’un calcul mental “enrichi” au développement de “l’enseignement sur la gestion des données”.

Parmi ses préconisations, le conseil conseille de lancer un “grand plan de formation » en calcul mental et “stratégie de résolution de problème”, d’intégrer dans chaque circonscription de “conseillers pédagogiques en mathématiques”, de créer des “professeurs des apprentissages fondamentaux” formés en “didactique des maths”, et de “mettre en place, dans chaque école ou réseau d’écoles, un ‘enseignant ressources’, membre de l’équipe pédagogique existante, qui aura suivi une spécialisation en mathématiques en ESPE ou une certification en formation continue”.

2 commentaires sur "TIMSS 2015 : comment expliquer les mauvais résultats en maths et en sciences ?"

  1. Estelle  30 novembre 2016 à 17 h 10 min

    La responsabilité du gouvernement Fillon et des Ministres successifs de l’EN est évidente. Le MEN mène depuis deux ans des actions pour améliorer l’enseignement des maths. Personne n’en parle dans les « grands » médias.Par contre les langues mortes, l’Histoire et l’ortho ça fait des heures d’émissions! C’est d’une stupidité!Rappelez-vous la guerre de l’accent circonflexe! Non mais allo!Signaler un abus

    Répondre
    • principal  2 décembre 2016 à 16 h 27 min

      Mais euh… le problème ne semble pas dater de 2007 si j’ai bien lu la presse. Les réflexes idéologiques sur de tels sujets m’étonneront toujours. Les effets des politiques, tant éducatives que de formation des enseignants, s’observent sur le long terme. Les responsabilités sont donc largement partagées, depuis de nombreuse années, entre les IUFM, les différents ministres et Dgesco, les IG, les « théoriciens » et idéologues de toute sorte. Une grande introspection à l’évidence s’imposerait. Malheureusement les certitudes des uns et des autres risquent encore une fois d’empêcher le nécessaire choc intellectuel qui devrait naître de tels travaux. Prochain épisode : la publication des résultats PISA dans quelques jours et le festival de déni du génie français outragé qui va suivre, comme à l’ordinaire.Signaler un abus

      Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous