Un plan pour améliorer le bien-être et la santé des adolescents

logo AFP

Mieux repérer le mal-être et les problèmes de santé des adolescents, faciliter leur prise en charge par des professionnels compétents et faire de la prévention: François Hollande a annoncé mardi un plan d’action en faveur du bien-être et de la santé des jeunes.

En partant d’un constat simple: près de 10% des jeunes se plaignent de souffrances psychologiques, d’anxiété ou de solitude, une proportion similaire connait un épisode dépressif entre 16 et 25 ans. Les choses ne vont pas mieux au collège où seulement 30% des élèves se disent satisfaits de leur vie scolaire.

« Tous ces phénomènes connaissent une hausse préoccupante », a reconnu le chef de l’Etat, concédant que le mal-être affiché par les jeunes en France était « plus élevé » que dans les autres pays de l’OCDE.

Le plan prévoit diverses mesures dont un accès facilité aux consultations de psychologues grâce à un « Pass santé jeunes », créé pour une période expérimentale de trois ans. Il permettra dès l’an prochain aux jeunes de 11 à 21 ans de bénéficier gratuitement de consultations auprès d’un psychologue, dans la limité de 10 séances. Jusqu’à 15 ans, l’accès à ces consultations passera par les parents, alors que pour les plus âgés l’accès aux soins sera direct.

Le plan s’inspire des préconisations d’un rapport réalisé par la pédopsychiatre Rose Marie-Moro et par l’inspecteur d’académie Jean-Louis Brison, remis mardi au Président de la république.

« L’idée est de concrétiser un droit universel d’accès des jeunes à la santé », indique Mme Moro qui rappelle que l’adolescence est une « période de transition et de grande vulnérabilité ».

Parmi les préconisations du rapport figure notamment une réponse coordonnée mobilisant tous les acteurs impliqués (personnel de santé, éducation, familles…). Cette coopération pluridisciplinaire a été retenue dans le plan qui prévoit la signature de conventions-cadres du type de celle signée mardi entre le ministère de l’Education nationale et celui des Affaires sociales et de la Santé pour favoriser la prévention et l’éducation à la santé chez les jeunes.

Les professionnels devraient à l’avenir pouvoir bénéficier d’une meilleure formation initiale et continue sur ces sujets.

Les jeunes auront pour leur part accès à des informations fiables grâce au futur portail Santé.fr qui fera très prochainement l’objet d’une expérimentation en Ile-de-France.

Des cellules de veille seront par ailleurs créées dans chaque collège et dans chaque lycée, a précisé le chef de l’Etat qui a rappelé son attachement à la médecine scolaire, « une fonction essentielle ».

Alors que la candidat de la droite à la présidentielle de 2017, François Fillon, envisage de supprimer 500.000 emplois publics, François Hollande a de nouveau fait l’éloge de la fonction publique lorsqu’il a évoqué « la création d’un corps unique de psychologues de l’éducation nationale » qui sera effective à la rentrée 2017.

« Avoir, dans cette période, des fonctionnaires qui peuvent être des psychologues, des médecins scolaires, des assistants ou des assistantes sociales, ce n’est pas une charge, c’est un investissement pour l’avenir », a-t-il souligné.

De la même manière, évoquant « une insuffisance grave de médecins pédo-psychiatres » et les attentats jihadistes de 2015 en France, il a souligné le rôle que ces médecins pourraient jouer « dans l’action que nous menons contre la radicalisation ». Selon le rapport Moro-Brison, leur nombre a diminué de près de la moitié entre 2007 et 2016.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous