Marine Le Pen présente à la Réunion son programme présidentiel pour l’Outre-mer

logo AFP

Créer un ministère de la Mer et des Outre-mer, supprimer à terme la sur-rémunération des fonctionnaires, appliquer la priorité nationale dans le système scolaire et renforcer la lutte contre l’immigration clandestine: Marine le Pen, en visite à la Réunion, a rendu public lundi son programme pour les Outre-mer.

Devant la presse, la présidente du Front national a répété une nouvelle fois qu’elle souhaitait mettre en place un ministère de la Mer et des Outre-mer, « de plein exercice ».

Le domaine maritime est « une chance de développement inouï », qui a été « laissé en jachère par les précédents gouvernements », a-t-elle insisté, évoquant, outre le secteur de la pêche, les nanotechnologies, les algues, la désalinisation de l’eau, les énergies, la biodiversité, mais aussi le tourisme avec le développement des croisières.

« Je veux donner à la mer une dimension stratégique, et c’est sur l’Outre-mer que notre pays va devoir s’appuyer », a dit la candidate à la présidentielle, en déplacement à la Réunion depuis dimanche, avant de se rendre à Mayotte.

Sur place, elle a rencontré des chefs d’entreprises, des présidents d’associations, des agriculteurs, le président de la chambre de commerce et d’industrie, et le seul maire (divers droite) qui a accepté de la rencontrer, dans la commune du Tampon (sud).

En matière économique, elle veut attirer les investissements extérieurs en remettant en place des dispositifs d’allègement de charges ou de défiscalisation (dispositifs Pons, Perben, Girardin, etc.) et créer des « Zones ultramarines françaises d’investissement prioritaire », qui permettront de lutter « contre un chômage endémique ».

Face à l’immigration clandestine « totalement dérégulée », notamment à Mayotte, à la Réunion et en Guyane, elle a insisté sur la nécessité de « la fermeté de l’Etat ». Son programme prévoit l’augmentation des effectifs de police aux frontières et des moyens de surveillance.

La présidente du FN veut aussi « appliquer la priorité nationale au système scolaire », déplorant que dans certains territoires d’outre-mer, « l’école est obligée de prendre en charge une immigration de plus en plus importante », une charge « que nous ne pouvons plus supporter », a-t-elle insisté.

Enfin, elle a aussi souhaité supprimer à terme la sur-rémunération des fonctionnaires qui exercent en outre-mer, justifiée notamment par le différentiel de coût de la vie avec l’Hexagone et pour compenser l’éloignement de la métropole. Elle préconise qu’une « part significative de fonctionnaires » soit issue des territoires, en faisant « un effort particulier pour permettre à la jeunesse ultramarine de rentrer plus facilement dans la Fonction publique ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous