Des inspecteurs de l’Education nationale épuisés !

Jack Koch

Un quart des inspecteurs de l’Education nationale sont en épuisement professionnel selon une étude récente. Arriveront-ils à remplir leurs missions malgré une charge de travail jugée "trop lourde" ?

Des inspecteurs de l’Education nationale épuisés !

Une étude portant sur le moral des inspecteurs de l’Education Nationale dévoile un « malaise grandissant ». Réalisée par le chercheur Georges Fotinos, spécialiste des questions de climat scolaire, et le médecin psychiatre José Mario Horenstein, pointe du doigt une dégradation des conditions de travail des inspecteurs, et alerte sur leur « épuisement professionnel ».

Selon l’étude, un quart des inspecteurs sont présumés en « épuisement professionnel », 1 sur 10 sont « en burn-out clinique », et les deux tiers déclarent un moral professionnel « moyen-mauvais ».

Et si on en demandait trop aux inspecteurs, dont 96% expriment « un sentiment de stress de plus en plus fréquent » ? Selon l’enquête, 9 inspecteurs territoriaux sur 10 déclarent que « leur volume de travail est trop lourd ». Pour 7 IEN et IA-IPR sur 10, il aurait même « augmenté » depuis 2011.

Nombre d’inspecteurs dénoncent « l’accumulation des tâches » qui leur sont dévolues – missions d’impulsion, d’évaluation, d’inspection, de contrôle, d’animation, de formation, de sanction des études, de gestion, de recrutement, d’expertise.

Pour Georges Fotinos et José Mario Horenstein, qui décrivent le « poids écrasant » du « travail administratif et de la gestion des conflits », le malaise « ne peut que s’aggraver » si rien ne bouge…

2 commentaires sur "Des inspecteurs de l’Education nationale épuisés !"

  1. A MADORE  25 novembre 2016 à 18 h 32 min

    S’inscrire dans une vraie démarche partenariale dans la coéducation écoles – associations (culturelles et sportives) libèrerait sensiblement tous les acteurs concernés de tâches administratives souvent formelles.Signaler un abus

    Répondre
  2. Marie-Paule  25 novembre 2016 à 20 h 35 min

    Et le burn-out des profs qui se retrouvent devant les élèves tous les jours et qui doivent, coûte que coûte, assurer leurs cours sans avoir eu le temps, ni une formation suffisante, pour se préparer dans de bonnes conditions à cette réforme brutale à mener de front avec les pédagogies nouvelles (numérique, classe inversée ou autre) ? Pas la même problématique que celle qui consiste à s’asseoir au fond d’une classe pour juger du travail d’un collègue qui aura passer sa semaine dans un stress extrême pour présenter une séance pour le moins artificielle qui vise à répondre au plus prêt aux injonctions de l’inspection.
    Et quid des profs « ancienne école » qui n’ont pas forcément la même facilité à s’adapter à toutes ces nouveautés, quand bien même ils en auraient la volonté ? On voudrait les pousser vers la sortie qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Mais gare !! La relève n’est pas assurée : la vocation pour un métier théoriquement si riche et si essentiel pour l’avenir d’un pays, a déserté les bancs de la fac.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous