Sciences Po: une conférence avec Philippot (FN) empêchée par des étudiants

logo AFP

Plusieurs dizaines d’étudiants de Sciences Po ont empêché mardi soir la tenue, dans l’enceinte de l’école à Paris, d’une conférence à laquelle était invité le numéro 2 du FN Florian Philippot, a-t-on appris de sources concordantes.

« Une quarantaine d’étudiants ont organisé un sit-in en fin de journée dans le hall principal et devant un amphithéâtre de l’école d’études politiques », a indiqué à l’AFP Benjamin Duhamel, organisateur de ce « Grand Oral », un rendez-vous politique animé par trois associations étudiantes.

Le vice-président du Front national devait débattre sur le thème de « l’Europe face à la mondialisation », a ajouté l’organisateur, qui a déploré que « des étudiants de groupuscules d’extrême gauche aient empêché 500 personnes d’assister à ce débat (…) au nom d’un combat contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie que par ailleurs nous respectons ».

Florian Philippot « devait rencontrer des étudiants pendant deux heures, dans le cadre d’un débat contradictoire – un échange de 30 minutes était prévu avec Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, puis 30 minutes de questions-réponses avec les étudiants », ont détaillé dans un communiqué les trois associations à l’origine du rendez-vous.

Florian Philippot a dénoncé sur Twitter l’annulation de l’événement, affirmant: « Ce n’est que partie remise: les fascistes seront défaits ».

Pour Benjamin Duhamel, l’annulation de la conférence « n’aura qu’une incidence: renforcer le discours anti-élite des militants et des élus du Front national ». « Vouloir combattre les idées du Front national en les bâillonnant et en les empêchant de parler est absurde », a estimé l’étudiant.

« En empêchant un débat avec Philippot, l’extrême gauche accrédite le FN qui aura l’occasion de se victimiser dans les médias… », a abondé sur son compte Twitter l’association « Les Républicains Sciences Po », proche du parti de droite.

Interrogée par l’AFP, la direction de Sciences Po a répondu que « l’événement n’était pas organisé à l’initiative de l’école mais d’associations étudiantes », se refusant à tout autre commentaire.

Dans un communiqué, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) s’est « réjouie de l’annulation de cette nouvelle tribune offerte au FN qui tentait de gravir une marche supplémentaire dans sa stratégie de dédiabolisation ».

Créé en septembre 2015, le « Grand Oral » a notamment reçu Nathalie Kosciusko-Morizet (LR), Bruno Le Maire (LR), Michel Sapin (PS) ou encore Benoît Hamon (PS), ont précisé les organisateurs.

Il y a un an, une association d’étudiants proche du FN avait recueilli suffisamment de voix pour être reconnue à nouveau dans la prestigieuse école de la rue Saint-Guillaume. Une première depuis le début des années 1990 qui avait suscité beaucoup d’émoi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous