Formateurs TICE du premier degré : “nous sommes les éternels oubliés”

Les formateurs au numérique du premier degré se sentent "oubliés" par l'Education nationale... Alors qu'ils sont essentiels pour faire entrer les TICE à l'école.

Dessin de l’association nationale des formateurs TICE

Dessin de l’association nationale des formateurs TICE

Christian Stracka, formateur au numérique du premier degré (FTICE 1D), préside l’AFT-RN, l’association des formateurs TICE. Elle demande une « reconnaissance » pour ce métier « oublié ».

Quel est le rôle de l’animateur TICE du premier degré ?

FTICE 1D, AFTICE (Animateurs et formateurs aux TICE), MATICE (maîtres animateurs TICE), C TICE (Conseiller Technique aux TICE)… Les enseignants-formateurs aux usages du numérique du premier degré ont diverses appellations, mais les mêmes actions.

Le formateur au numérique du premier degré est à la base un professeur des écoles (PE), intéressé par le numérique, et l’utilisant avec ses élèves. Souvent, il s’est fait remarquer par cette pratique en classe, et s’est vu proposer un poste d’animateur-formateur par un inspecteur de l’Education nationale chargé des TICE (IEN-TICE).

Bien souvent, les formateurs au numérique sont titulaires du CAFIPEMF (certificat d’aptitude à la formation) et du C2i niveau 2 enseignant (C2i2e). Leur rôle est de partager leurs connaissances en matière de TICE – des connaissances pédagogiques, sur l’utilisation du numérique en classe.

Comme les conseillers pédagogiques, les FTICE sont rattachés à une zone spécifique (une grosse commune, ou plusieurs petites). Ils accompagnent les PE dans l’usage des TICE, en les formant à l’utilisation de logiciels, en les aidant dans leurs projets numériques, et en accompagnant la mise en place de tablettes, d’ordinateurs ou de TNI. Ils effectuent aussi un gros travail de formation dans les ESPE, et conseillent les mairies, en les aidant dans le choix du matériel informatique des écoles. Actuellement, leur nombre (990) augmente, les académies ayant réalisé l’importance de disposer de spécialistes des TICE.

Les FTICE 1D se sentent déconsidérés : pourquoi ?

Les FTICE ne comprennent pas le décalage entre l’objectif du gouvernement de « faire entrer l’école dans l’ère du numérique » et la réalité : nous sommes les éternels oubliés, quasiment absents des textes nationaux.

Pourquoi portons-nous des noms différents selon les académies ? Parce que notre poste n’existe pas officiellement. Nous sommes, sur le papier, des PE sans élèves ! Du coup, chaque académie fait comme elle l’entend : dans certaines, les FTICE 1D exercent leurs missions de formation aux usages du numérique à mi-temps, et passent le reste du temps devant une classe ; tandis que dans d’autres, il s’agit d’une décharge totale.

Rien n’a été prévu pour nous dans ce plan numérique. Les PE chargés de classe ont récemment eu droit à une indemnité de suivi (ISAE) revalorisée. Pas nous. C’est tout à fait logique, puisque nous ne sommes pas chargés de classe. Mais nous pourrions nous attendre à bénéficier des mêmes indemnités que les conseillers pédagogiques – les nouvelles bonifications indiciaires (NBI)… Or, ce n’est pas le cas, puisque contrairement à eux, nous n’avons pas de statut, et que nous ne sommes pas officiellement formateurs !

Les FTICE 1D n’ont donc droit à aucune indemnité ?

Exactement, et cette absence de régime indemnitaire pose problème : à titre d’exemple, moi qui était autrefois PE chargé de classe et directeur d’école, j’ai perdu l’équivalent d’un 13e mois en devenant FTICE !

© goodluz - Fotolia.com

© goodluz – Fotolia.com

Difficile de recruter des formateurs TICE quand on annonce aux intéressés qu’ils n’auront aucune indemnité, mais juste un salaire très bas ! Dans le même temps, beaucoup de FTICE en poste se posent la question de retourner devant des classes, et donc d’abandonner leurs postes de formateurs. Certains parmi ceux qui le font sont des spécialistes, possédant des compétences rares en TICE, notamment en programmation (à l’heure où les profs doivent initier leurs élèves au code). Les FTICE aiment partager leurs connaissances, et ils n’abandonnent pas leurs postes de gaieté de cœur – leur motivation est financière. Ces postes vacants risquent de le rester si rien ne change.

Et pendant ce temps, notre rôle est toujours plus important. Par exemple, la sortie du Livret Scolaire Unique Numérique (LSUN) est prévue pour décembre : pour la première fois, les PE devront remplir un livret en ligne… ils auront probablement besoin de nous.

Votre combat, à l’AFT est d’obtenir une vraie reconnaissance des AFTICE…

L’AFT a pour but d’échanger des ressources entre AFTICE, mais aussi d’œuvrer, non à la création d’une nouvelle catégorie de personnel, mais à la définition de missions communes à tous, pour éviter les disparités actuelles – à travers une lettre de mission et un statut. Nous voulons être reconnus comme des formateurs… au même titre que ceux qui exercent un poste équivalent dans le secondaire, et qui bénéficient d’un statut national.

Fin 2015, nous avons écrit une lettre à Najat Vallaud-Belkacem pour lui demander que notre situation professionnelle soit reconnue et revalorisée – avec un cadrage national de nos missions. Nous demandons aussi que les postes soient pérennisés – car ils dépendent de la volonté des DASEN, pour qui il peut s’agir d’une variable d’ajustement.

Enfin, nous demandons que soient mis en oeuvre un régime indemnitaire et de réelles perspectives de carrière – notamment en bénéficiant de la NBI, et en pouvant, après un certain temps d’exercice, bénéficier d’une prise en compte des compétences acquises, avec une VAE pour les FTICE sans CAFIPEMF.

Nous pensions toucher au but suite à notre lettre, mais cela n’a abouti qu’à une promesse d’indemnité… pour septembre 2017 – au quinquennat suivant. Nous nous sommes mobilisés récemment, lors du Salon Educatec-Educatice, où nous avons finalement rencontré Najat Vallaud-Belkacem. Elle nous a promis de “faire avancer le calendrier de la reconnaissance des FTICE 1D”, de septembre à janvier 2017. J’espère que c’est un réel engagement, et non une vague promesse.

4 commentaires sur "Formateurs TICE du premier degré : “nous sommes les éternels oubliés”"

  1. pierre  22 novembre 2016 à 21 h 14 min

    Pas d’accord avec vous. Nous ne sommes pas des formateurs. Seuls les conseillers pédagogiques et les maîtres formateurs le sont. Ras le bol de parler pour nous.Signaler un abus

    Répondre
  2. louis  23 novembre 2016 à 5 h 47 min

    Article bourré d’inepsies avec une vision départementale sous la coupe d’un ien tice et qui ne représente pas les animateurs tice en France.
    -recruté par un ien de circonscription au barème
    -pas de vae ni cafipemf. Nous ne sommes pas des formateurs comme les conseillers pédagogiques et avons des missions techniques et administratives et d’aides pédagoqiques. Les membres de l’AFT-RN n’ont aucune considération pour leurs autres collègues, interviennent à l’espe ou pour le département mais ne sont quasiment jamais dans les écoles et auprès des enseignants.Signaler un abus

    Répondre
    • Jular  29 novembre 2016 à 11 h 28 min

      InepTies… serait de meilleur aloi mais inapproprié en ce qui concerne l’article que je trouve plutôt juste même si, effectivement, les situations sont différentes selon les départements. Pour avoir des missions « comme les conseillers pédagogiques », il faut déjà passer le CAFIPEMF, ce qui se fait dans mon département par exemple.Signaler un abus

      Répondre
  3. XTICE  23 novembre 2016 à 7 h 58 min

    Quand arrêterez-vous de croire ces promesses
    Quand comprendrez-vous le mépris dont nous sommes victimes, nous les réparateurs de pc des collègues cpc ?

    Quand ?
    votre mouvement est honorable….mais même avec ça vous obtenez un t-shirt signé !!!
    tentez de le revendre sur Ebay …ça fera un peu d’argent pour les XTICE

    un XTICE qui s’en vaSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous