François Fillon : son programme pour l’Éducation nationale

François Fillon est le grand vainqueur de la primaire de droite. Tour d'horizon du programme éducatif de l'ancien Premier ministre.

François Fillon - Capture d'écran Youtube

François Fillon – Capture d’écran Youtube

« Moi je veux une école primaire qui transmette les valeurs et les savoirs fondamentaux. Je veux une école du respect et de l’autorité symbolisés par le port de l’uniforme », avait lancé François Fillon à l’université d’été des Républicains à la Baule, le 3 septembre dernier. Pour celui qui fut ministre de l’Éducation nationale entre mars 2004 et mai 2005 sous Jacques Chirac, la France « doit avoir un système éducatif promouvant les valeurs d’excellence et de mérite, à contre-courant de l’égalitarisme voulu par la gauche » comme il l’explique sur son site internet.

Dans son programme, François Fillon fustige les réformes faites par ses successeurs. Des réformes « qui n’ont pas abouti aux effets escomptés » car « elles se sont heurtées aux rigidités d’un des systèmes les plus lourds et les plus centralisés au monde ». Pour lui, « les enseignants, les élèves et les parents d’élèves n’ont pas compris la cohérence ni l’objectif recherché » par celles-ci. Il dresse aussi le bilan du quinquennat Hollande en terme d’éducation qu’il qualifie d’un « grand bond en arrière » et juge que si les moyens alloués à l’éducation ont augmenté, ceux-ci sont mal utilisés : « Il est triste que notre pays n’ait pas de bons résultats dans la plupart des évaluations internationales ».

Pour l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, « tout commence par […] une transformation profonde et un vrai objectif qualitatif ».

Fondamentaux, autorité et apprentissage

François Fillon souhaite que l’école transmette des savoirs fondamentaux. Il propose pour cela d’avancer la scolarité obligatoire à 5 ans au lieu de 6 pour « une année supplémentaire d’apprentissage à la lecture », « de consacrer les trois quarts du temps de classe à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, du calcul, des grands personnages et des grandes dates de France » et « de mettre fin à l’interdiction des devoirs à l’école élémentaire ».

Il milite aussi pour une utilisation efficace des outils numériques et un renforcement du niveau d’anglais dernièrement jugé moyen en France selon une étude. « L’enseignement des langues et des cultures d’origine » sera au contraire supprimé. L’apprentissage est également une notion essentielle de son programme car il propose de « mobiliser tout le pays en faveur de l’apprentissage à 15 ans et de redéployer les fonds destinés aux emplois aidés vers les aides aux entreprises pour favoriser l’embauche d’apprentis et pour augmenter leurs rémunérations » et ainsi « multiplier par deux le nombre de jeunes en alternance ».

Le baccalauréat serait revisité et « simplifié » : l’élève aura le choix de trois « matières fondamentales » en plus du français.

Et les professeurs ?

Le candidat à la primaire de droite estime que « les professeurs sont souvent critiqués de manière injuste » et qu’ils « exercent [leur métier] dans des conditions de plus en plus difficiles ». Il recommande donc une « formation avec un recours à l’apprentissage de l’art d’enseigner en complément de leurs cursus universitaires » et d' »assurer plus d’heures d’enseignement à cheval entre lycée et université » pour les professeurs agrégés. Néanmoins, il est également question d’une suppression de 500 000 emplois de fonctionnaires et d’un passage à 39 heures pour la Fonction Publique.

9 commentaires sur "François Fillon : son programme pour l’Éducation nationale"

  1. Mr Keng  21 novembre 2016 à 16 h 27 min

    A voir ce que va donner le 2nd tourSignaler un abus

    Répondre
  2. Rosean  22 novembre 2016 à 17 h 11 min

    Personnellement j’adhère sans réserve aux propositions ci-dessus qui sont très courageuses.
    Quelques remarques sur les professeurs : mettre à cheval les professeurs agrégés
    sur le supérieur et le lycée est une bonne piste avec bien sûr dans ce cas une réduction d’horaire.
    Par contre il paraitrait logique que certifiés et Agrégés aient même horaire de service en lycée
    ce qui ferait gagner environ 8000 postes (18h au lieu de 15h).
    Le projet de M. Fillon concernant un service de 22h hebdomadaires pour les enseignant de lycée est utopique et m’étonne de la part d’un ancien ministre de l’éducation nationale qui devrait être au courant du véritable horaire de travail des professeurs (préparations, corrections, réunions et j’en passe). Appliquer cela serait improductif et n’a qu’un objectif budgétaire.
    Autrefois la majorité des enseignants du premier degré du secondaire (anciens PEGC) avaient 21 h et deux matières à enseigner (actuellement 18h et une discipline). L’avantage pour l’élève était d’avoir moins de professeurs et pour le professeur moins de classes. Et cela se passait très bien. Actuellement un certifié de collège en physique peut avoir 10 classes soit plus de 250 élèves…
    Si on compare un élève de lycée d’aujourd’hui , avec celui des années 60, il peut avoir 6h de cours de plus en multipliant ses options…
    Pour ma part les élèves ont souvent trop de disciplines et ne trouvent pas le temps de se consacrer au travail personnel de fond.
    Même remarque pour le primaire , trop d’activités d’animations et pas assez de devoirs personnels. Pour sensiblement les mêmes objectifs autrefois l’enfant du primaire avait 30h devant le maître, maintenant ce n’est plus que 24.
    Les propositions de M.FILLON vont dans le bon sens, mais il reste beaucoup à faire.
    Si on désire éviter le gavage des élèves (inefficace) il faut réduire les vacances scolaires,
    particulièrement celles d’octobre et de février, sans augmenter les programmes.
    En effet, le principe 6 semaines de travail, deux semaines de vacances; ne se justifie que pour l’enfant jusqu’à 12 ans.
    La priorité pour l’instant est la restauration de l’autorité et la valorisation du travail scolaire.Signaler un abus

    Répondre
  3. jane  22 novembre 2016 à 18 h 23 min

    La bonne vieille droite s est exprimée avec ses recettes rétrogrades et empreinte de la même idéologie liberale… Que dire de plusSignaler un abus

    Répondre
  4. Gallerand  22 novembre 2016 à 19 h 39 min

    Les enseignants ne seront pas concernés par un éventuel passage 35h/39h n’ayant pas été concernés par le passage 39h/35h! Signaler un abus

    Répondre
    • Manu  2 décembre 2016 à 15 h 56 min

      Un enseignant ne travaille pas seulement devant ses élèves. Il doit préparer ses cours, préparer les exercices, les devoirs, les évaluations , faire des corrections, participer à des réunions diverses, recevoir les parents, accompagner les élèves dans leur orientation…Signaler un abus

      Répondre
  5. mido  23 novembre 2016 à 9 h 31 min

    Arrêter le saupoudrage et les sorties pédagogiques à répétition…Aller à l’essentiel, le reste doit relever du domaine privé (on a envie d’apprendre une langue régionale ? rare ? alors cela passe par un club, internet ou autre )
    Oui aux fondamentaux (on peut y inclure du ludique, de l’artistique..), oui aux réels apprentissages mais surtout arrêter de donner raison aux enfants-rois et à leurs parents ! Car quand les enfants n’ont pas la bonne éducation chez eux, c’est toujours plus difficile de travailler à l’école. Si les enfants se couchent tard, jouent des heures sur leurs multiples écrans, il sera difficile d’être attentif en classe et n’importe quelle réforme n’y pourra rien !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous