Accueil linguistique des migrants: l’école aide les associations

logo AFP

L’Education nationale va aider une vingtaine d’associations à apprendre le français aux migrants, en formant leurs bénévoles et en leur fournissant des kits pédagogiques, a annoncé lundi Najat Vallaud-Belkacem.

« L’Education nationale peut dire que depuis plusieurs décennies elle a développé une expertise dans la scolarisation des enfants allophones », c’est-à-dire dont le français n’est pas la langue maternelle, a indiqué la ministre lors d’un déplacement à la cité scolaire Honoré de Balzac dans le 17e arrondissement.

« Aujourd’hui on a plus de 52.000 élèves qui sont accueillis » dans des Unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A), des classes par lesquelles ils transitent aux côtés d’élèves de plusieurs nationalités pour apprendre le français, avant de rejoindre une classe « ordinaire », a-t-elle précisé.

« J’ai souhaité qu’on aille plus loin et qu’on apporte notre propre contribution à la question du bon accueil des migrants », a-t-elle dit, évoquant « la nécessité d’un accompagnement linguistique, d’un apprentissage des codes et des valeurs de la République », aux mineurs mais aussi aux adultes. « J’ai considéré que nous avions aujourd’hui à l’Education nationale une expertise que nous pouvions mettre à disposition », a-t-elle poursuivi.

Le ministère a ainsi passé un accord avec une vingtaine d’associations, comme la Ligue de l’enseignement ou Emmaüs solidarité ainsi qu’avec la réserve citoyenne de l’Education nationale. « Nous allons (leur) offrir à la fois des formations mais aussi du matériel pédagogique », a expliqué la ministre.

Des organismes du ministère, comme le Greta, chargé de la formation professionnelle pour adultes et le Centre international d’études pédagogiques (CIEP) de Sèvres, qui produit des ressources pédagogiques, sont mobilisés dans le cadre de ce plan tandis que des instructions ont été envoyées aux recteurs.

Les formations de bénévoles d’associations, eux-mêmes appelés à former d’autres bénévoles, débuteront fin décembre. « D’ici la fin de l’année 2016 » tout sera « prêt et en vigueur », a assuré la ministre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous