Primaire de la droite: Sarkozy a voté dans une école du XVIème à Paris

logo AFP

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, qui espère revenir à l’Elysée en 2017, a voté dimanche en fin de matinée dans une école du XVIe arrondissement à Paris, alors que l’issue du premier tour est incertaine.

Accompagné de son épouse Carla Bruni, carte d’identité à la main, mais aussi du député-maire Claude Goasguen, il a voté vers 11h40, avec le sourire, sous le regard des médias dans un bureau de la rue Michel-Ange (5.000 inscrits).

La file d’attente visible quelque temps auparavant pour accéder aux deux urnes dans la salle de classe avait été grandement résorbée à son arrivée, et il n’a pas fait la queue, a constaté un photographe de l’AFP.

Interrogé par BFM TV après son vote, Nicolas Sarkozy a jugé que tout était « très bien organisé » et que la campagne d’avant premier tour avait été « intéressante, sans incident » et donnant une « image digne de la vie politique ».

Comme on lui demandait son emploi du temps des prochaines heures, il a répondu qu’il allait « aller courir une heure, comme tous les jours, et attendre tranquillement les résultats ».

Dans son dernier meeting, vendredi à Nîmes, l’ancien locataire de l’Elysée a affirmé vouloir être « le président qui rétablira la République » et « l’autorité », dans une France « menacée dans son unité », « son identité », lançant aussi quelques flèches à ses rivaux Alain Juppé, et aussi François Fillon.

Les sondages ont donné longtemps et régulièrement Alain Juppé comme favori faisant la course en tête devant Nicolas Sarkozy, avant une spectaculaire remontée ces derniers jours de François Fillon.

Le duel est devenu un match à trois et, ultime surprise, un sondage Ipsos pour Le Monde donnait même vendredi soir un scénario avec François Fillon en tête.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous