Les Polynésiens pourront passer en Polynésie les concours d’entrée de sept Sciences Po

logo AFP

Les bacheliers polynésiens pourront désormais passer en Polynésie française les épreuves d’admission aux concours d’entrée de sept Instituts d’études politiques (IEP), à l’issue d’une convention signée mercredi, a-t-on appris auprès de la délégation de Polynésie en France.

Nicole Sanquer, ministre polynésienne de l’Education, et le vice-rectorat de Polynésie Française ont signé à Paris une convention avec les responsables de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, représentants six autres IEP, afin « de réduire les inégalités de chances liées à l’éloignement géographique » et « d’accroître l’offre de formation supérieure aux jeunes Polynésiens ».

Avec cette convention, sept Instituts d’études politiques intégrés dans un réseau de concours commun (Sciences Po Aix-en-Provence, Sciences Po Lille, Sciences Po Lyon, Sciences Po Rennes, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, Sciences Po Strasbourg, Sciences Po Toulouse) permettent aux jeunes bacheliers polynésiens « de préparer et de passer en Polynésie française les épreuves d’admission au concours d’entrée en 1re année dans les IEP ».

Le concours d’entrée commun à ces sept IEP permet de candidater en même temps à l’ensemble des Instituts. Un millier de places est proposé chaque année. Seuls trois autres IEP, Grenoble, Bordeaux et Paris, ont des concours séparés.

« Lors de leur inscription les candidats devront, dans la perspective de leur admission sur liste principale ou de leur inscription sur liste complémentaire, classer les sept IEP en fonction de leurs choix préférentiels », précise la délégation de Polynésie en France.

L’IEP de Saint-Germain-en-Laye est désigné comme « IEP négociateur » et « interlocuteur permanent du vice-rectorat de Polynésie française et du ministère de l’éducation de Polynésie ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous