Haute-Savoie: un enseignant d’école maternelle mis examen pour agressions sexuelles

logo AFP

Un enseignant d’école maternelle, suspecté d’agressions sexuelles sur de très jeunes enfants, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire jeudi en Haute-Savoie, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Bonneville.

Une information judiciaire pour « agression sexuelle sur mineur de 15 ans », confiée à un juge d’instruction, a été ouverte jeudi après-midi à l’encontre de cet homme qui occupe également les fonctions de directeur.

L’enseignant exerçait au sein d’un établissement situé à Cornier, une petite commune de 1.200 habitants au sud d’Annemasse, en Haute-Savoie. Plusieurs enfants pourraient être concernés par ses agissements, selon le parquet.

« Il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire », a indiqué le procureur de la République à Bonneville, Patrice Guigon, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Le magistrat s’est refusé à communiquer davantage d’éléments sur le fond de cette affaire afin de ne pas perturber l’avancée de l’enquête.

« Tous les enfants susceptibles d’être concernés n’ont pas été entendus. Il y a encore pas mal d’investigations à faire », a-t-il ajouté.

L’enseignant a été arrêté mardi matin et placé en garde à vue après la « plainte d’un parent d’élève de petite section de maternelle », qui avait auparavant alerté le maire de la commune.

Informée en fin de semaine dernière des « accusations graves » le concernant, l’inspection académique de Haute-Savoie a suspendu lundi le directeur de ses fonctions « par mesure conservatoire ».

Une cellule psychologique a été mise en place au sein de l’école.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous