Guerre d’Algérie: un élu PS demande à Hollande de reconnaître les « crimes » de la France

logo AFP

Le président PS du conseil départemental de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a appelé mercredi le président François Hollande à « laver l’affront » de la déchéance de nationalité en reconnaissant les « crimes » de la France dans la guerre d’Algérie.

« Alors qu’un espoir était né dans les quartiers populaires pendant la campagne présidentielle, il a manqué un message et des actes qui redonnent confiance », a souligné Stéphane Troussel lors d’un débat organisé à Pierrefitte-sur-Seine en présence de l’ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira.

C’est ainsi que la proposition du droit de vote des étrangers, « mesure d’inclusion républicaine », a été « remplacée » par la proposition de déchéance de nationalité, qualifiée de « mesure d’exclusion républicaine » des enfants d’immigrés.

Pour cet élu de La Courneuve, il est « encore temps » cependant de « laver cet affront qui a été fait à une grande partie de nos concitoyens ».

Il souhaite ainsi que le président de la République fasse du 17 octobre une « journée nationale de reconnaissance des crimes et du rôle de l’État français dans la guerre d’Algérie », et que l’histoire de la colonisation et de la décolonisation figure dans les programmes du collège.

Le 17 octobre 1961 fait référence à la répression par la police d’une manifestation du FLN à Paris lors de laquelle 100 Algériens auraient péri.

« Si nous voulons que les jeunes issus de cette histoire se sentent pleinement français, la République doit reconnaître leur histoire et celles de leurs parents et grands-parents », estime Stéphane Troussel.

L’élu rappelle que l’ancien président « Chirac l’a fait avec la reconnaissance du rôle de Vichy dans la déportation », Christiane Taubira et l’ancien Premier ministre Lionel Jospin « avec la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité ».

Le 19 mars 2016, François Hollande avait commémoré le cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie. Cette initiative, destinée à instaurer la « paix des mémoires », avait provoqué une levée de boucliers, en particulier chez les harkis et rapatriés.

Le président s’est rattrapé le 25 septembre en reconnaissant pour la première fois « les responsabilités » de la France dans « l’abandon » des harkis.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous