Théâtre: le Cours Florent ouvrira à Bordeaux en 2017

logo AFP

Le Cours Florent, célèbre école privée de formation au métier d’acteur, par laquelle sont passés une myriade de comédiens, va ouvrir en 2017, année de ses 50 ans, une antenne à Bordeaux, son quatrième campus après Paris, Bruxelles et Montpellier, a annoncé son futur directeur.

Une centaine d’étudiants environ formeront en septembre prochain la première promotion du Cours Florent de Bordeaux, pour une formation pluridisciplinaire (théâtre et des spécialités en chant, danse, masque, écriture, mise en scène…) pouvant aller jusqu’à trois ans, avec le même volume horaire — jusqu’à une trentaine d’heures par semaine — et la même pédagogie « personnalisée » qu’à Paris. Les professionnels intervenants viendront de Paris et de la région.

La décision d’implantation à Bordeaux, a expliqué à l’AFP son directeur, Christophe Lorcat, est liée au regret « d’avoir vu repartir, au fil des années, nombre d’étudiants venus de Nouvelle-Aquitaine, ou de l’Arc Atlantique, qui, pour des raisons économiques ou personnelles, ne pouvaient rester à Paris ».

Le choix est aussi lié, selon lui, à « l’explosion culturelle en cours à Bordeaux, où il y a de plus en plus d’art depuis une dizaine d’années et plus encore depuis cinq-six ans », entre sociétés de production qui s’installent, nouveaux festivals, tournages plus fréquents.

Le Cours Florent, fondé en 1967 par l’homme de théâtre François Florent (Eichholzer de son vrai nom) a vu passer en un demi-siècle une multitude d’acteurs, de Jacques Weber, Francis Huster pour les doyens, à Daniel Auteuil, Sandrine Kiberlain, ou, pour les plus jeunes, Pierre Niney, Gaïa Weiss. Des humoristes (Gad Elmaleh), des musiciens (Maxime le Forestier) comptent aussi parmi les anciens « Florentins ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous