Bareigts salue « une Guadeloupe en mutation » qui veut « garder son identité »

logo AFP

Education, emploi, rénovation urbaine, risque séisme: la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a abordé plusieurs thématiques lors de son déplacement en Guadeloupe, un territoire « en mutation mais qui veut aussi garder son identité », a-t-elle souligné lors d’un entretien avec l’AFP.

Achevant une visite de 48 heures, la ministre a notamment évoqué « un effort considérable sur l’éducation » avec « la grande école numérique » qui « va être une généralisation dans toute la Guadeloupe », « une économie sociale et solidaire très mobilisée » ou encore « un des plus grands projets de rénovation urbaine de France », qui concerne plusieurs communes, dont Pointe-à-Pitre. 30.000 logements sont potentiellement insalubres en Guadeloupe.

Vendredi, en visite dans une école de Deshaies (commune de la Basse-Terre), Mme Bareigts et les élus locaux ont abordé la question du plan séisme qui « va prendre sa deuxième vie » selon la ministre. La deuxième phase du « plan séismes Antilles » prévoit une amplification des travaux de construction ou renforcement parasismique pour réduire les risques dans cette région très exposée.

Mme Bareigts a aussi signé une convention avec la Région, aux Abymes, pour prolonger le dispositif des Emplois d’avenir (contrats aidés à temps plein et de longue durée, destinés aux jeunes peu ou pas qualifiés, ndlr) : « l’Etat sera à sa place sur le sujet du pacte de l’emploi », a-t-elle déclaré à l’AFP, afin de réaliser, avec « l’ensemble des acteurs (…) un guichet unique pour accompagner les jeunes gens au-delà de l’expérience de l’emploi d’avenir ».

« Nous simplifions les démarches pour que les entreprises qui vont accueillir ces jeunes puissent vraiment bénéficier des mesures d’exonération de cotisations sociales des salaires allant jusqu’à 2,5 Smic », a-t-elle ajouté.

Mme Bareigts a affirmé que sa rencontre avec le président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus, qui s’était abstenu lors du vote en première lecture de la loi égalité réelle Outre-mer, avait été « très constructive ».

A son arrivée sur le territoire elle s’était étonnée que des élus ultramarins se soient abstenus sur le projet de loi. « On préfère la posture à l’intérêt général, ce n’est pas mon cas », avait-elle dit.

La ministre devait ensuite s’envoler vers la Martinique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous