Najat Vallaud Belkacem lance une mission d’étude sur les génocides et les crimes de masse

logo AFP

La ministre de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, a officiellement installé mardi une mission d’étude sur les génocides et les crimes de masse, afin d’en « favoriser la compréhension » et lutter contre le négationnisme et le révisionnisme.

Cette mission, lancée un an après les commémorations du centenaire du génocide arménien, a été confiée à l’historien Vincent Duclert, chercheur à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et inspecteur général de l’Éducation nationale.

Il prend la tête d’une équipe de 46 personnes, de douze nationalités différentes, aux profils variés: chercheurs en histoire, sociologie ou anthropologie, professeurs du secondaire et du supérieur, juristes, journalistes ou psychanalystes.

Cette équipe cosmopolite est chargée d’établir « un état des lieux de la recherche » sur les génocides et les crimes de masse, afin d’en « favoriser la compréhension » et d’envisager de « nouvelles formes de prévention ». Elle devra rendre ses conclusions d’ici un an.

Citant le philosophe Paul Ricoeur, Najat Vallaud-Belkacem a expliqué vouloir mener « une politique de la juste mémoire ». Dans une « période inédite, où le révisionnisme et le négationnisme sont des réalités qui prospèrent », la ministre a insisté sur « l’exigence de transmission du passé », au nom du « combat contre l’oubli ».

Pour Najat Vallaud-Belkacem, cette mission permettra notamment de « mieux former les professeurs pour aborder les sujets les plus sensibles qui soit ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous