Agressions contre des enseignants: des « réponses trop faibles », selon LR

logo AFP

Le parti Les Républicains, par la voix de sa porte-parole Annie Genevard, estime que les réponses du gouvernement aux violences contre l’école sont « trop faibles », mardi dans un communiqué.

Dans ce communiqué titré « Les réponses trop faibles aux violences contre l’école », Mme Genevard, députée du Doubs, affirme que « la consternation et la colère dominent » après différentes attaques contre des écoles et enseignants.

La porte-parole LR cite « l’agression commise sur la personne du proviseur du lycée Hélène Boucher de Tremblay, cible de tirs de mortier, celle d’un enseignant à Argenteuil et aujourd’hui encore à Calais où des élèves ont cassé la mâchoire de leur professeur ».

« L’école n’est plus protégée des violences du temps et les enseignants ne sont pas plus à l’abri de graves agressions que ne le sont les policiers, les pompiers ou les médecins », affirme-t-elle, ajoutant: « toutes les figures d’autorité sont la cible d’attaques de plus en plus violentes – des armes de guerre ont été utilisées ! – et cela en dit long sur les maux qui minent notre pays ».

Selon la députée, « l’action du Gouvernement s’est égarée dans des réformes absurdes ou inutiles au lieu de se concentrer sur les priorités que sont la lutte contre l’échec par l’acquisition des savoirs essentiels, le rétablissement de l’autorité et du calme dans nos écoles, le soutien aux chefs d’établissement et aux professeurs ».

« Face à une telle situation, la réponse de Najat Vallaud-Belkacem est dramatiquement faible: elle annonce une réunion sur la sécurisation des abords des établissements et conseille aux professeurs de porter plainte et de se reposer! De qui se moque-t-on? », demande-t-elle également.

La ministre de l’Education nationale a condamné une « montée des violences à l’égard des fonctionnaires » dans les départements de Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise, visant « aussi bien les policiers que les enseignants et les proviseurs », encourageant les personnels à porter plainte systématiquement.

« L’État poursuivra sans relâche ceux qui s’en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l’ordre », a tweeté pour sa part le Premier ministre Manuel Valls.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous