80 migrants ont quitté la « Jungle » de Calais pour rejoindre l’université

logo AFP

Quatre-vingts migrants ont quitté mardi la « Jungle » de Calais pour rejoindre le campus universitaire des facultés de Lille à Villeneuve-d’Ascq (Nord), a affirmé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué.

« Dans le cadre des préparatifs du démantèlement » du camp de migrants de Calais, ces 80 étudiants, recensés par les maraudes sociales effectuées par l’Etat et les associations, ont quitté Calais pour rejoindre ce campus universitaire situé en banlieue de Lille, a indiqué M. Cazeneuve, qui ira à la rencontre de ces étudiants jeudi.

Ces migrants, majoritairement soudanais selon François Guennoc de l’Auberge des Migrants, pourront bénéficier « d’un parcours-type universitaire, qui débutera par un apprentissage intensif de la langue française », a indiqué M. Cazeneuve.

« Après la période initiale de formation, ils pourront poursuivre un cursus universitaire classique dans la matière de leur choix », a ajouté le ministre.

Ces 80 futurs étudiants, déjà titulaires « au moins du bac » selon M. Guennoc, « seront hébergés dans un centre d’accueil spécifique co-géré par le Crous et Adoma (ex-Sonacotra, foyers pour travailleurs immigrés, ndlr), à proximité de l’université », précise encore M. Cazeneuve.

« Cette démarche s’inscrit dans la politique globale menée par le gouvernement à Calais, qui vise à mettre l’abri les personnes en besoin manifeste de protection fuyant les guerres et les persécutions et faciliter leurs parcours de demande d’asile et d’intégration », a ajouté le ministre de l’Intérieur.

Ce projet a été mené à l’initiative d’un professeur de l’Université de Villeneuve-d’Ascq et monté en collaboration avec l’Auberge des migrants, l’une des associations les plus actives de la « Jungle » de Calais, dont le démantèlement est prévu dans les jours à venir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous