Libre-échange: manifestations en France contre le Ceta

logo AFP

Plusieurs manifestations ont eu lieu samedi à travers la France pour dénoncer le Ceta, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada qui doit être signé le 27 octobre.

Quelque 5.000 personnes selon les organisateurs, 1.200 à 1.500 selon une source policière, ont défilé à Paris sous un grand soleil d’automne, entre la place Stalingrad et celle de la République.

Les manifestants étaient également mobilisés contre le Tafta (ou TTIP), projet d’accord de libre-échange avec les États-Unis, dont la portée serait beaucoup plus importante mais dont la conclusion n’est plus envisagée pour cette année.

« Ces accords, c’est au nom de la croissance remettre en cause les normes sociales et environnementales au profit des multinationales », a déclaré Murielle Guilbert, secrétaire nationale de la confédération syndicale Solidaires, lors d’un point de presse avant le début de la manifestation.

« Le Ceta et le Tafta sont extrêmement interconnectés, puisque 80% des entreprises de droit américain ont une filiale au Canada », a affirmé Jean-Michel Coulomb, du collectif Attac.

« Ces traités de l’Union européenne sont des outils qui servent à remettre en cause le service public », a estimé pour sa part Julien Rivoire, du syndicat d’enseignants FSU.

Les organisateurs se sentaient encouragés par le veto mis vendredi à la signature du Ceta par le Parlement de Wallonie, dont l’aval est indispensable à la ratification de ce traité négocié pendant sept ans par l’UE.

« Nous sommes ici pour appuyer la position de la Wallonie qui peut faire capoter le Ceta », a expliqué Jean-François Pellissier, d’Ensemble!

« Ces accords vont favoriser l’exploitation des sables bitumineux, qui sont le secteur le plus polluant au Canada », a dit craindre pour sa part Anne-Céline Guyon, une militante canadienne présente à la manifestation.

– Le Ceta, « climato-compatible » ? –

A Lyon, environ 250 personnes se sont rassemblées en fin de matinée dans le centre-ville. Vêtus de gilets jaunes et tapant sur des casseroles avec l’aide de cuillères en bois, les opposants ont formé une chaîne humaine formant le mot « NON ».

A Toulouse, ce sont plus de 200 personnes qui ont scandé « Ceta, Tafta, on n’en veut pas ».

Plusieurs autres manifestations et rassemblements des opposants au Tafta et Ceta étaient prévus samedi en France, en Pologne et en Espagne.

Un millier de personnes ont manifesté à Varsovie et plusieurs centaines à Cracovie, dans le sud de la Pologne.

Le Ceta prévoit la suppression des droits de douane pour presque tous les produits entre l’UE et le Canada, à quelques exceptions près, dont certains produits agricoles, mais également une harmonisation des normes.

« D’habitude les traités de libre-échange portent uniquement sur les taxes douanières. Le Ceta, lui, va beaucoup plus loin. Il porte notamment sur l’harmonisation de normes (…) Il a été élaboré avant l’accord de Paris sur le climat. Nous craignons donc qu’il ne soit pas climato-compatible », a déclaré Nicolas Hulot, interrogé sur France Info.

Le traité ouvrira aussi aux entreprises de l’UE les marchés publics canadiens, y compris au niveau des villes et des provinces, qui gèrent une partie importante des dépenses publiques. Les Européens avaient déjà donné un large accès à leur marché aux entreprises canadiennes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous