L’Ademe octroie 800.000 euros aux associations pour lutter contre le gaspillage alimentaire

logo AFP

Les principales associations faisant des dons alimentaires – Les restos du coeur, La Croix Rouge et les banques alimentaires – vont recevoir une aide de 800.000 euros de l’Ademe, pour s’équiper pour recevoir davantage de denrées des grandes surfaces, annonce vendredi l’Agence.

Cette enveloppe doit leur permettre de s’équiper en véhicules réfrigérés, chambres froides et containers pour « la ramasse », c’est-à-dire le transport et le stockage de produits donnés par les supermarchés, précise un communiqué de l’Agence nationale de la maîtrise de l’énergie et de l’environnement (Ademe).

Les banques alimentaires recevront 450.000 euros, les Restos du coeur 250.000 et La Croix Rouge 100.000, a précisé l’Ademe, sur la base des tonnages collectés et redistribués.

Les grandes surfaces de plus de 400 m2 ont l’obligation depuis février 2016 de passer des conventions avec des associations pour donner des denrées dont la date de péremption approche, au lieu de les jeter.

Selon l’Ademe, avant l’entrée en vigueur de cette obligation, entre 50 à 100.000 tonnes de produits alimentaires étaient données chaque année aux associations, soit une faible partie des 1,4 million de tonnes de produits perdus et gaspillés dans les circuits de distribution.

Cette aide de l’Ademe traduit la volonté des pouvoirs publics de renforcer la lutte contre le gaspillage alimentaire, un thème qui fait désormais l’objet d’une journée nationale, programmée cette année dimanche.

Cette journée « est l’occasion de rappeler qu’à chaque étape de la chaîne, tout le monde peut agir », souligne l’agence.

L’Ademe estime que dix millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année en France: au moment de la consommation (33% du total des pertes), de la production (32%), de la transformation (21%) et de la distribution (14%).

Depuis le 1er septembre, les collectivités gérant des restaurants collectifs ont aussi l’obligation d’engager des actions pour réduire le gaspillage.

Pour accompagner cette démarche, l’Ademe indique soutenir 1.100 établissements scolaires (actions de sensibilisation, de formation — logiciel de suivi des pertes — et équipement — tables de tri des déchets, assiettes plus petites, etc).

Dans une étude publiée en septembre, l’Ademe évaluait le gaspillage dans la restauration collective à 540.000 tonnes et environ 15% du coût des achats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous