Bousculade dans un collège des Hauts-de-Seine: 7 adolescents en garde à vue

logo AFP

Sept adolescents ont été placés jeudi en garde à vue après une bousculade survenue il y a une semaine dans un escalier de leur collège à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), au cours de laquelle onze élèves avaient été blessés, a-t-on appris de source policière.

Les sept collégiens, scolarisés au collège Guy-Môquet de Gennevilliers, ont été interpellés « entre 07H30 et 08H00 » à leur domicile de cette commune à l’ouest de Paris, a précisé cette source, confirmant une information du Parisien.

Parmi eux, certains sont soupçonnés d’avoir « bloqué » le bas de l’escalier alors que leurs camarades se rendaient dans la cour, provoquant un attroupement sur les marches. D’autres d’avoir « poussé », et d’autres encore d’avoir « filmé ».

Les sept adolescents sont âgés de 14 à 15 ans.

Selon les premiers éléments de l’enquête, trois collégiens scolarisés en classe de 4ème et 3ème avaient fait barrage, avait expliqué auparavant cette source. Ils s’étaient ensuite « écartés d’un coup: ceux qui étaient devant sont tombés » à terre et « ceux qui étaient derrière les ont piétinés ».

Onze enfants âgés de 12 à 13 ans avaient été blessés dans la bousculade.

Parmi eux, une élève de 5ème âgée de 12 ans, avait été gravement blessée, atteinte d’un traumatisme crânien. Quatre autres présentaient une fracture aux membres, les autres étaient blessés au genou, à la cheville, aux jambes ou présentaient des symptômes en lien avec le stress.

Le directeur académique des Hauts-de-Seine, Philippe Wuillamier, s’était ému d’un « jeu idiot aux conséquences graves ».

Le commissariat de Gennevilliers est en charge de l’enquête, ouverte pour « blessures involontaires ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous