Attaque dans l’Essonne: Cazeneuve annonce 101 policiers supplémentaires

logo AFP

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé mercredi l’arrivée prochaine dans le département de l’Essonne, où quatre policiers ont été attaqués samedi, de 101 fonctionnaires de police supplémentaires après cette « tentative d’assassinat ».

Le ministre, qui a délivré sa feuille de route aux forces de l’ordre, a rappelé également avoir déposé plainte après la découverte de tags antipolice à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, quelques jours après le choc créé par cette attaque.

Il a insisté devant ses troupes lors de son discours sur « l’extrême gravité » de ce qu’il a qualifié de « guet-apens » par des « criminels cagoulés » qui avaient « l’intention de tuer » des policiers.

« Cette attaque lâche et abjecte était donc une tentative d’assassinat qui visait des fonctionnaires de police dans l’exercice de leurs fonctions », a-t-il insisté. Il a assuré que « tout est mis en oeuvre pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes barbares » qui « seront (…) sévèrement punis ».

« Dans les semaines qui viennent ce sont au total 101 » policiers « supplémentaires qui arriveront dans le département de l’Essonne », a-t-il promis.

Il a relevé que ce département comme d’autres « dont nous avons renforcé les moyens souffrent depuis trop longtemps d’une délinquance endémique » et « enkystée ». « Ces territoires, nous nous employons à les reconquérir pas à pas (…) car il ne peut y avoir, dans la République, de territoires perdus », a dit M. Cazeneuve.

« On avance, mais on est encore loin du compte », a réagi Claude Carillo, délégué départemental d’Alliance, qui affirme que 71 des 101 postes annoncés sont « déjà affectés ou déjà actés depuis fin juin ».

Cette « grand messe », traditionnelle chaque année, se tient au lendemain du rassemblement de plusieurs centaines de policiers en silence, devant les commissariats de France, en solidarité et pour réclamer plus de moyens et de fermeté après cette violente agression.

Le pronostic vital de l’un des quatre policiers attaqués était « toujours engagé » mercredi soir, a indiqué le procureur de la République à Evry dans un communiqué. Le jeune adjoint de sécurité de 28 ans « a subi une opération chirurgicale avec transplantation de peau au niveau de ses deux mains », a détaillé Eric Lallement.

« Il réagit parfois, cligne des yeux quand sa femme essaie de lui parler », a confié à l’AFP une source policière. Une cagnotte en ligne, ouverte mardi par ses collègues de Savigny-sur-Orge, a déjà recueilli près de 10.000 euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous