Une dictée de Katherine Pancol pour combattre une maladie rare

logo AFP

« Quand on veut, on peut », clame un texte de la romancière Katherine Pancol rédigé pour la 13ème édition de la dictée Ela, dont Najat Vallaud-Belkacem a lu des extraits mardi à des élèves de 6ème d’un collège parisien.

Plus de 2.300 établissements scolaires français participent cette semaine à cette dictée, qui donne chaque année le coup d’envoi de la campagne « Mets tes baskets et bats la maladie » de l’association Ela, qui lutte contre les leucodystrophies, des maladies génétiques orphelines qui paralysent peu à peu les fonctions vitales.

« Ce n’est pas facile pour (Ela) d’obtenir des financements, elle doit se battre tous les jours pour faire avancer la recherche », afin de trouver un jour comment soigner la maladie, explique la ministre de l’Education nationale, devant trente élèves très concentrés du collège Pierre de Ronsard (17eme arrondissement), en présence de Joris, jeune malade de six ans en fauteuil roulant, et de ses parents.

« J’ai mis des pièges » dans la dictée, prévient l’auteur des « Yeux jaunes des crocodiles » et ancienne professeur de français.

C’est la ministre qui effectue la dictée, passant entre les rangs et jetant un oeil sur les copies. « Est-ce que je peux leur donner un truc ? », demande-t-elle à la fin de sa lecture, avant d’attirer l’attention des collégiens sur un piège, les accords dans l’expression « les plumes orange et bleues ».

Les dictées précédentes ont été rédigées par d’autres auteurs à succès comme Amélie Nothomb, Marie Darrieussecq, Daniel Pennac…

Après la dictée d’Ela, les écoliers, collégiens, lycéens sont invités à participer à des activités sportives.

L’association européenne contre les leucodystrophies (www.ela-asso.com) a été créée en 1992 par Guy Alba, président international.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous