Liaison école-collège : faut-il créer des « classes mixtes » CM2 – 6ème ?

Le cycle 3 nécessite une "professionnalité spécifique" qui manque encore à l'appel. Pour y remédier, l'Igen mise sur la "formation-action", à travers la création de classes mixtes.

teens in classroom © yanlev

teens in classroom © yanlev

Alors que sur le papier, le cycle 3 relie le CM2 et la 6ème, dans les faits, la liaison école-collège demeure « un objectif à atteindre »… et malgré « la richesse » des initiatives de terrain, « force est de constater la faiblesse de leur impact pédagogique », note l’Inspection générale de l’Éducation nationale (Igen) dans un rapport rédigé cet été.

Une « professionnalité spécifique » au cycle 3 à bâtir

Les freins à la liaison école-collège sont multiples, selon l’Igen : d’abord, des « obstacles organisationnels et structurels » ; ensuite des facteurs liés à la « gestion des ressources humaines » et des « moyens » ; enfin, et surtout, la « coexistence de 2 cultures professionnelles ». Le « véritable obstacle » est en fait la nécessité de bâtir une « professionnalité spécifique » aux profs du cycle 3, qui serait « peu développée » jusqu’ici.

Selon l’Igen, la présence de « cultures professionnelles assez différentes » entre profs des écoles (PE) et enseignants du secondaire complique la liaison CM26ème. Si elles sont nombreuses, les « initiatives de terrain » connaissent ainsi un « faible impact », en raison de « la nécessité » de mettre en œuvre cette « professionnalité spécifique » des enseignants du cycle 3.

En outre, les projets mis en place pour faciliter la liaison école-collège ne « questionnent pas vraiment les pratiques pédagogiques ». Une réflexion qui constitue selon l’Igen une « étape indispensable pour que la construction de projets communs puisse déboucher sur des pratiques pédagogiques harmonisées ».

Créer des « classes de continuité » école-collège

Written task © pressmaster

Written task © pressmaster

Pour résoudre le problème et développer cette « professionnalité spécifique » indispensable au cycle 3, le rapport mise sur un « accompagnement de proximité », avec un pilotage anticipant davantage « les contraintes d’organisation », mais aussi et surtout avec la mise en place d’une « formation-action », en créant des classes de « continuité école-collège ».

Pour l’Igen, ces classes auraient à mettre en œuvre un projet « privilégiant des échanges de services », des « séquences d’enseignement conjointes PE / profs de collège », voire des « classes mixtes CM26ème ».

Selon le rapport, deux classes mixtes sont actuellement expérimentées en Seine‐Saint‐Denis – dans les collèges Honoré De Balzac de Neuilly‐sur‐Marne et Lucie Aubrac de Villetaneuse (REP). « Bénéfices attendus » de ces classes double-niveau : une « émulation dans les apprentissages », un « développement de l’autonomie », une « amélioration du climat de classe pour les élèves », et même une « pédagogie coopérative pour les enseignants ».

Pour l’Igen, ce dispositif de « formation-action » aurait « vocation à agir sur la professionnalité » des enseignants, permettant au final de « constituer des outils » et un « répertoire de pratiques mutualisables ».

3 commentaires sur "Liaison école-collège : faut-il créer des « classes mixtes » CM2 – 6ème ?"

  1. Loys Bonod  11 octobre 2016 à 20 h 52 min

    Harmoniser les pratiques et mettre au point des progressions communes est grandement facilité par la différence de structures (plusieurs écoles pour un même collège, plusieurs collèges pour une même école), problème écarté d’un revers de main par le rapport de l’IGEN. En effet, nul doute que des structures communes ne suffisent pas, mais pour la mise en œuvre d’une école commune (projet qui mériterait peut-être un débat démocratique), c’est une condition tout simplement nécessaire. Or ces structures n’existent pas.

    La tentative pour imposer cette continuité par les programmes, le socle et les cycles n’en est que plus vaine. D’autant que, dans les faits, la réforme du collège multiplie les intervenants en 6e (AP souvent réalisé par des professeurs différents, professeurs de sciences plus nombreux). Drôle de continuité !Signaler un abus

    Répondre
  2. pierrot  12 octobre 2016 à 8 h 56 min

    on y arrive doucement…le service d’enseignement à 24h pour les profs du secondaire arriveSignaler un abus

    Répondre
  3. ProfesseurPascal  14 octobre 2016 à 12 h 44 min

    Discussion sur le comment-faire mais … je ne comprend pas à quoi ça sert. En quoi la continuité est-elle souhaitable ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous