Dotation pour les lycéens d’IDF: en hausse selon la majorité de droite, en baisse selon l’opposition

logo AFP

Le conseil régional, à majorité de droite (LR, MoDem, UDI), présidé par Valérie Pécresse (LR), doit voter jeudi en séance plénière la dotation globale de fonctionnement pour les lycées (DGFL) pour 2017, en hausse selon la majorité, en baisse selon l’opposition.

La région Ile-de-France va verser au total 82,411 millions d’euros pour le fonctionnement des lycées franciliens en 2017, soit une hausse de 1,6% par rapport à 2016, affirme-t-elle.

Selon le rapport de présentation du conseil régional, cette DGFL se montera à 81,411 millions, auxquels il faut ajouter 300.000 euros pour la mission de lutte contre le décrochage scolaire, et 700.000 euros pour le financement des équipements de protection individuelle des agents des lycées, qui étaient auparavant pris en charge directement par les établissements.

Elle arrive à un total de 82,411 millions d’euros, pour un total de 401.826 élèves.

Elle souligne aussi qu’elle prend aussi désormais directement en charge les frais de chauffage et d’électricité de tous les établissements, ce qui n’était pas le cas auparavant, et estime au total la dépense à 145 millions d’euros.

Mais pour l’opposition de gauche, la dotation globale de fonctionnement est à la baisse.

Pour les écologistes, en raison d’une hausse de près de 10.000 élèves par rapport à l’année précédente, la dotation, même en hausse de 600.000 euros, est « en réalité en baisse », avec « une diminution sans précédent de 4 euros par élève »; soit 203 euros par élève contre 207 en 2016.

« On ne peut pas dire qu’on est euphorique », souligne aussi le Parti socialiste, dénonçant « une pseudo hausse ». Il s’inquiète par exemple de la baisse de la dotation de solidarité, destinée aux établissements ayant le plus d’élèves issus des catégories socio-professionnelles les plus défavorisés. « Au total, 45 lycées sortent du dispositif, dont 3 Etablissements d’enseignement adapté (pour les élèves en grande difficulté scolaire ou ayant un handicap), et seulement 12 y rentrent », déplore le PS.

La Région précise que le dispositif, issu d’une délibération de 2013, n’avait jamais été actualisé.

Le Front de gauche dénonce de son côté une baisse d’un tiers de la dotation EPS (destinée à financer la location d’équipements sportifs pour les lycées qui n’en ont pas), qui passe de 1,453 million d’euros à 1,156 million d’euros. La région explique qu’il s’agit là d’ajuster le montant avec les locations déclarées par les lycées en 2016.

« On ne peut donner d’une main des millions pour la candidature aux Jeux Olympiques en faisant mine que cela apportera à tous et pénaliser, de l’autre, les lycées sur leurs pratiques sportives… », ont également déploré les écologistes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous