Najat Vallaud-Belkacem souhaite faire mieux connaître Erasmus+ des bénéficiaires potentiels

logo AFP

La ministre de l’Éducation a appelé lundi en Alsace les personnes ayant bénéficié d’Erasmus à aller raconter leur expérience dans les établissements scolaires, afin d’accroître la notoriété hors des universités du dispositif, décrit comme « une des réussites les plus incontestées » de l’Europe.

« Il faudrait organiser un système dans lequel des élèves comme vous qui ont eu la chance d’en bénéficier puissent revenir dans les établissements scolaires français et raconter (leur expérience) », a expliqué Najat Vallaud-Belkacem, lors d’une rencontre avec des jeunes dans un lycée hôtelier d’Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), dédiée au programme Erasmus, qui fêtera début 2017 ses 30 ans.

« On constate que même si depuis 2014 on dit qu’Erasmus+ est ouvert aux apprentis, aux lycées pro, il y a des publics qui viennent plus facilement que d’autres », a déploré la ministre, soulignant l’intérêt pour les bacheliers professionnels de « se confronter à des pratiques différentes d’un métier ».

Lancé en 2014, Erasmus+ réunit en effet les anciens programmes Erasmus (destiné aux étudiants), Comenius (collégiens et lycéens), Leonardo da Vinci (apprentis), et Grundtvig (adultes en formation). Il est doté d’un budget de 14,7 milliards d’euros pour 2014-2020, en hausse de 40% par rapport aux dispositifs antérieurs.

La ministre a souligné qu’aujourd’hui, « les étudiants représentent la moitié des publics concernés » par Erasmus+ et qu’en France, 35% de ces étudiants sont des boursiers sur critères sociaux, insistant sur la nécessité de continuer à renforcer les moyens du programme tout en poursuivant sa diversification.

« Quand je vous entends, je perçois le sens qu’il y a eu à se battre pour qu’Erasmus+ ne soit pas uniquement destiné aux étudiants de l’enseignement supérieur mais aussi aux collégiens, aux lycéens, aux enseignants: c’est absolument essentiel si l’on veut que se construise très tôt cette conscience européenne », a insisté la ministre, saluant avec le dispositif Erasmus « l’une des réussites les plus incontestées » de l’Europe ».

Najat Vallaud-Belkacem a également annoncé le lancement du concours « Erasmus+ et moi », invitant les jeunes gens à raconter leur expérience d’Erasmus à travers des photos et vidéos. Cinq lauréats seront recompensés lors d’une cérémonie au théâtre de l’Europe à Paris le 9 janvier, lors de la célébration des 30 ans d’Erasmus, et gagneront des séjours dans des capitales européennes.

Parmi les jeunes gens inscrits en lycée général ou professionnel, en BTS ou à l’université, qui ont brièvement raconté leur expérience d’Erasmus, Lilia Benharrats, qui prépare un bac pro dans la restauration, a évoqué le stage qu’elle a effectué en Irlande. « Le stage m’a appris à être seule et à m’ouvrir aux autres, j’ai beaucoup appris sur moi-même, j’ai appris à être autonome », a dit la jeune fille, tout en reconnaissant que « parfois, c’est dur, parce qu’on est loin de sa famille ».

Mohamed Chbab, jeune Espagnol en 2e année de BTS tourisme à Illkirch, qui souhaite à l’avenir travailler en France, a quant à lui souligné que « le meilleur moyen d’apprendre une langue, c’est le contact avec les natifs ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous