Egalité réelle: La Polynésie espère de l’aide sur l’éducation et la santé

logo AFP

La Polynésie française est « fortement concernée » par le projet de loi sur l’égalité réelle entre les Outre-mer et l’hexagone, a dit jeudi le président de la Polynésie française Edouard Fritch, espérant le soutien de l’Etat pour assurer la continuité territoriale en matière d’éducation et de santé.

« L’Etat ne peut pas ignorer les différents handicaps que subissent les compatriotes ultramarins », a dit M. Fritch lors d’une conférence de presse au siège de la délégation de la Polynésie à Paris, en se félicitant du projet de loi « Egalité réelle outre-mer », actuellement en discussion à l’Assemblée.

« La Polynésie est fortement concernée », a-t-il expliqué, de part son éloignement avec la métropole (20.000 km) et l’éparpillement des îles (2.000 km séparent les iles les plus éloignées).

« Nous revendiquons une égalité liée à l’éclatement de notre pays », a dit M. Fritch, évoquant « un problème de continuité du service public » notamment en matière de transport scolaire. Si la Polynésie compte des écoles primaires sur les 70 îles habitées, « ça se complique » au niveau du collège et du lycée, les établissements étant moins nombreux.

« Il faut transporter les élèves pour qu’ils puissent aller à l’école », a-t-il expliqué, citant le cas de lycéens qui font « 3 heures et demi d’avion pour rejoindre Papeete ».

« C’est le gouvernement qui prend en charge le transport. L’année dernière, ça nous a coûté 11 à 12 millions d’euros », a expliqué le président de la Polynésie.

De même, avec seulement trois hôpitaux périphériques en plus de celui de Papeete, et une difficulté pour trouver des chirurgiens dans ces établissements, la Polynésie pratique environ 60.000 évacuations sanitaires par avion vers Papeete chaque année. « Le coût des évacuations sanitaires est de plus de 10 millions d’euros » par an, sans compter celles vers Paris ou la Nouvelle-Zélande, a souligné M. Fritch.

Dans le cadre de la loi Egalité réelle, il espère obtenir « un maximum de soutien de l’Etat », pour « contribuer aux efforts du pays pour que tous les Polynésiens puissent avoir les mêmes accès aux écoles et à l’hôpital ».

L’égalité réelle sera abordée dans le cadre des accords de Papeete qui doivent être signés d’ici fin décembre avec le gouvernement pour définir les grands principes de la relation entre la collectivité et la métropole. Dans ces accords, Un volet portera aussi sur la reconnaissance du fait nucléaire par l’Etat français. 193 essais nucléaires ont été réalisés sur les atolls de Moruroa et Fangataufa entre 1966 et 1996.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous