Élections des parents d’élèves: les mesures de sécurité ne doivent pas entraver le vote (Vallaud-Belkacem)

logo AFP

Les mesures de sécurité renforcées dans les établissements scolaires face au risque d’attentats ne doivent « pas entraver le déroulement des élections de parents » d’élèves, prévues les 7 et 8 octobre, a déclaré jeudi Najat Vallaud-Belkacem.

« Dans cette époque troublée, la vie démocratique doit continuer à constituer un repère important qu’il faut défendre », a estimé la ministre de l’Éducation nationale lors d’une conférence de presse. « Qu’on n’imagine pas qu’il faille renoncer à cette élection des parents d’élèves au nom de mesures de sécurité », a-t-elle dit.

« Comme la question a pu être posée ici où là, on a préféré écrire de façon claire aux chefs d’établissement pour leur indiquer » que cette élection « devait se faire ».

« Bien sûr qu’il y a une vigilance à apporter pour s’assurer que ce soit bien des parents d’élèves qui rentrent dans l’établissement, mais ça c’est la vigilance » de « tous les jours », a-t-elle précisé.

Dans la pratique, « dans le premier degré, les parents sont connus » des professeurs. « Dans le second degré, il faut en effet leur conseiller de prendre une pièce d’identité », a-t-elle dit.

Cette élection « doit constituer un moment très fort, et on a fait le constat » avec les présidentes des fédérations de parents d’élèves FCPE et Peep « que ce n’était pas le cas suffisamment aujourd’hui », a-t-elle indiqué.

En 2015-2016, le taux d’abstention s’est établi à 53,32% dans le premier degré et à 76,15% dans le second degré.

Les élections des parents d’élèves « sont un symbole car tous les parents sont électeurs et éligibles, il n’y a pas de condition d’âge, ni de nationalité », a souligné la présidente de la FCPE, Liliana Moyano. C’est aussi « un symbole méconnu parce que trop peu médiatisé ».

Les enjeux « sont énormes, car si les réformes viennent d’en haut, c’est sur le terrain que l’on peut les voir se concrétiser et rectifier parfois certains aspects », a-t-elle fait valoir.

Valérie Marty, présidente de la Peep, a souhaité « que (ces) élections deviennent un peu plus numériques » car « peut-être que ça aiderait aussi des parents à participer ». Actuellement, les parents peuvent voter dans l’établissement de leur enfant ou par correspondance.

Pour fournir plus généralement des informations pratiques aux parents (horaires, fournitures, bourses…), le ministère a notamment lancé une application eParents et un site internet « accessible » avec des explications en version audio, langue des signes française, braille ou dans un langage simple (http://infos-parents-accessibles.education.gouv.fr ).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous